Close

À la Une: en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro appelle l’opposition à faire bloc

Publié le :

« Je rentrerai en Côte d’Ivoire, [ma candidature à la présidentielle est] irrévocable (…) Ouattara est inéligible, le Conseil constitutionnel est tombé dans la forfaiture, et il ne peut pas dans ces circonstances y avoir d’élection en Côte d’Ivoire », a dit Guillaume Soro depuis Paris, où il est toujours en exil, appelant en effet l’opposition à faire bloc contre Alassane Ouattara et répétant à plusieurs reprises : « Il n’y aura pas d’élection, (…) la Côte d’Ivoire est au bord du gouffre ».

« Soro fait le grand déballage », lance le quotidien indépendant Soir Info, en soulignant en Une que ces déclarations, Guillaume Soro les a faites « à quelques pas de l’Élysée en France ».

Autre quotidien ivoirien indépendant, L’Inter hisse en Une cette autre affirmation martelée jeudi par Guillaume Soro : « Il n’y aura pas d’élection avec Ouattara ».

« Guillaume Soro ou les jérémiades d’un désespéré », rétorque en Une le quotidien Le Patriote, proche du président Alassane Ouattara.

« Guillaume Soro : la bouffonnerie de trop ! », formule L’Expression, journal qui raille en Une « les élucubrations d’un éternel abonné aux armes », en référence au passé de chef rebelle de Guillaume Soro, qui prévoit aussi de rencontrer un président nigérian Buhari ayant récemment dénoncé le non-respect de la limitation des mandats et de la Constitution.

« Soro parle à Paris, le régime tremble à Abidjan », assure Le Nouveau Courrier, ce quotidien proche de l’ex-président Laurent Gbagbo soulignant en Une l’appel de Guillaume Soro à « l’union sacrée » de l’opposition.

Soro parle mais pas seulement.

À la Une du quotidien Le Nouveau Réveil qui lui est proche, Henri Konan Bédié persiste et signe : « Ouattara n’est pas un candidat légal et légitime (…) Nous n’irons pas aux élections avec un candidat de la haute trahison et du parjure », déclare cet autre ex-président ivoirien, qui exige aussi la « réforme totale » de la CEI, Le Nouveau réveil signalant aussi que « Bédié consulte toute l’opposition jusqu’à dimanche ».

Étant rappelé que, de son côté, la coalition pro-Gbagbo EDS a appelé à des « manifestations » et à la mobilisation pour, « faire barrage à la dictature de Ouattara », le quotidien Le Temps, qui lui est proche, assure que, « la contestation prend de l’ampleur », en signalant des véhicules « bloqués sur des kilomètres » le long de l’axe Abidjan-Alépé ; l’entrée de la ville de Gagnoa « bloquée par des troncs d’arbres » ; Arrah, où le président Ouattara a « animé un meeting » il y a quelques jours, rappelle Le Temps, journal selon lequel Arrah dit « non, à son troisième mandat illégal et anticonstitutionnel » ; Zaranou, près d’Abengourou, où les habitants était « dans les rues » jeudi matin pour la même raison ; ou encore la ville d’Akoupé, qui était « sur le pied de guerre ».

Une situation que la presse sous-régionale rapproche aussi de celle qui prévaut en Guinée Conakry, où l’opposition dénonce aussi le projet du président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Et ce vendredi matin, au Burkina Faso voisin, le quotidien Wakat Sera dénonce « les coups d’État civils à la Ouattara et à la Condé », estimant qu’ils doivent être « bannis des processus démocratiques africains encore balbutiants pour la plupart. Et ADO et Condé le savent bien, ce sont les mêmes sujets qui ont crié « vive le roi » qui scandent « à bas le roi » », prévient Wakat Sera.

Résultat, « avec une météo politique aussi exécrable et tous ces gros nuages sombres qui s’amoncellent dans le ciel d’Abidjan, on se demande comment la « Perle des lagunes » qui a déjà les pieds dans l’eau, survivrait à un déluge s’il venait à pleuvoir à nouveau sur la capitale économique ivoirienne », soupire cet autre journal burkinabè qu’est Le Pays, « si ADO triomphe dans de telles conditions, il y a fort à parier que le problème de sa légitimité risque de se poser pour longtemps à certains de ses compatriotes », anticipe ce quotidien ouagalais.

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top