Close

ACTUALITÉS : Le Alan Kurdi de retour au large de la Libye

Le Alan Kurdi, de l’ONG allemande Sea-Eye, a repris la mer et devrait atteindre la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone) le week-end prochain. En pleine crise sanitaire, l’équipage a annoncé avoir pris des dispositions particulières et « mis en place un plan de gestion des épidémies » de coronavirus.

« Notre navire de sauvetage, le Alan Kurdi, a quitté le port espagnol. » L’ONG allemande Sea-Eye, qui affrète le Alan Kurdi, a annoncé sur Twitter lundi 30 mars que son bateau était en « route vers la Méditerranée centrale » après « une pause de huit semaines » pour réparation. Il devrait atteindre les côtes libyennes le week-end prochain.

❗️BREAKING
Our rescue ship #ALANKURDI has left the Spanish port. We are on the way to the central Mediterranean.

Saving lives and protecting human rights is a priority at all times.#LeaveNoOneBehind

👇 Our press release:https://t.co/494siQ9W08 pic.twitter.com/8R4x0gtZOK

— sea-eye (@seaeyeorg) March 30, 2020

« Comment pourrions-nous rester au port maintenant alors qu’aucun navire de sauvetage n’est présent« , au large de la Libye, a déclaré dans un communiqué Bärbel Beuse, capitaine du navire.

Mise en place d’un « plan de gestion des épidémies »

En effet, en raison de l’épidémie de coronavirus, plus aucun bateau humanitaire ne navigue dans la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone) depuis fin février et le débarquement en Italie de plus de 450 migrants secourus par le Sea Watch 3 et l’Ocean Viking. Les équipages de ces deux navires étaient alors restés confinés 14 jours au large des ports italiens.

Ainsi, le personnel du Alan Kurdi a pris des dispositions particulières en cette période de crise sanitaire et « mis en place un plan de gestion des épidémies », peut-on lire dans le communiqué. « Nous avons à bord suffisamment d’équipements de protection individuelle pour notre équipage », a assuré le chef de mission Jan Ribbeck.

L’ONG redoute néanmoins « de grandes difficultés » dans « l’attribution d’un port sûr » après le sauvetage de naufragés. « Nous comptons sur la responsabilité et l’action politique courageuse de notre Etat du pavillon. Nous sommes en contact étroit avec les autorités allemandes », a précisé Gorden Isler, président de Sea-Eye.

Le communiqué signale également que le Sea Watch 4, nouveau navire humanitaire affrété par l’ONG éponyme, « est en préparation pour sa première opération de sauvetage ».

diasporaenligne.net-infomigrants

Comments

comments

URL courte: http://diasporaenligne.net/?p=75816

Diaspora en ligne

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top