Close

Algérie: manifestation à Paris pour demander la libération du journaliste Khaled Drareni

Publié le : Modifié le :

                Le directeur du site d'information Casbah Tribune, correspondant de TV5 Monde et RSF, est détenu en Algérie depuis la fin du mois de mars. Il avait été arrêté après avoir couvert une manifestation du soulèvement populaire dit du « Hirak ». Il y a presque un mois, il a été condamné à trois ans de prison pour incitation à attroupement et atteinte à l'unité nationale. Son procès en appel s'ouvre mardi.
            </p><div readability="75.088275862069">

                                    <p>Devant l’ambassade d’Algérie à Paris, des journalistes de la télévision française se sont rassemblés ce lundi matin.<strong> « Libérez Khaled »</strong>, en anglais « <em>Free Khaled</em> ». Le message, précédé d’un hashtag, s’affiche sur une photo du journaliste. La pancarte est entre les mains de Christophe Deloire.

Pour le secrétaire général de Reporters sans frontières, les accusations contre Khaled Drareni ne tiennent pas, et le pouvoir algérien tente à travers lui d’intimider l’ensemble de la profession : « Parce qu’il est un journaliste brillant, il est un journaliste responsable, il est charismatique, il est populaire, il symbolise la liberté de l’esprit. Et c’est ce qu’on lui a fait payer, et c’est pourquoi le pouvoir algérien a voulu faire de lui un exemple. »

Autour de Christophe Deloire, une dizaine de journalistes français, visages bien connus de différentes chaînes de télévision nationales, venus, eux aussi, défendre la cause de leur confrère algérien. Parmi eux, Laurent Delahousse, l’un des présentateurs du journal de 20 heures de France 2 : « Aujourd’hui, il est bien évidemment un symbole, un symbole de beaucoup d’autres journalistes qui pourraient faire l’objet de pressions, comme c’est le cas déjà. Il a juste fait son travail, nous on a la chance de pouvoir le faire librement aujourd’hui. On lui reproche de remettre en cause l’unité nationale alors qu’il ne fait que véhiculer un mouvement qui a rarement été aussi puissant et aussi unitaire. »

Depuis la condamnation de Khaled Drareni, une campagne internationale de soutien et d’appel à sa libération a été lancée. Des mobilisations ont été organisées dans plusieurs villes : à Tunis, par exemple, ce matin, mais aussi à New York, et bien sûr à Alger. Une pétition lancée en Algérie a recueilli environ 2 000 signatures de journalistes et de personnalités de la société civile.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top