Close

“Au bout de sa vie” : Quand Mélenchon ironise sur Macron

En France alors que le pays subi de plein fouet la pandémie du nouveau coronavirus et que son système de santé semble crouler sous le poids des urgences sanitaires, la classe politique elle, se livrait à des querelles politiciennes. Mardi c’était le président français, Emmanuel Macron, qui au cours d’une visite sur un site de production de masques tançait assez vertement l’opposition. Ce mercredi, la ‘’France Insoumise’’ lui rendait la pareille.

Macron attaque l’opposition

La France manquait grandement de masques, un stock d’Etat d’à peine 86 millions, alors qu’il lui en faudrait au moins 250 millions ; et les critiques avaient fusé au sein de la classe politique française reprochant le manque de planification de l’administration en place et partant de la pertinence de toutes les actions menées jusqu’à présent pour contenir la pandémie. Aussi, ce mardi, le président français avait fait une descente sur une usine de fabrication de masques dans le Maine-et-Loire, une unité de production de la société Kolmi-Hopen, près d’Angers.

Une visite qui entrait dans le cadre de la volonté de son administration de booster la production de cet outil indispensable dans les mesures de restriction de la propagation de la maladie et notamment pour la sécurité du personnel soignant. Au cours du point de presse délivré à l’issue de la visite le président, n’avait pas manqué de fustiger le comportement de ceux-là qui alors que la lutte contre la pandémie allait bon train, se permettait de porter des jugements de valeurs sur l’action gouvernementale. « Des irresponsables » les avait appelé le président Macron, les enjoignant de retenir « leurs procès » pour la fin de la crise.

Mélenchon répond à Macron

Ce Mercredi, Jean-Luc Mélenchon, présent à l’Hémicycle pour « mission d’information parlementaire sur la gestion de l’épidémie de Covid-19 » avait tenu à son sentiment quant à la sortie du président à Kolmi-Hopen.  Selon le président de la France Insoumise, le ton du président aurait été pour le moins « un peu excessif », surtout qu’il avait été utilisé pour répondre à des préoccupations légitimes d’une « opposition » qui estimerait être dans son rôle en relevant les imperfections des mesures mises en route. Le ton d’un homme qui selon Mélenchon semblait acculé, à bout, « fatigué », « au bout de sa vie ». Mais avait tenu à préciser, le Patron des ‘’Insoumis’’, lui retenait de la sortie du chef de l’Etat, le fait que « le pouvoir » semblait attentif aux « critiques » et qu’il espérait dans ces conditions que ce « pouvoir » n’aurait « pas peur du dialogue ».

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top