Close

Au Soudan du Sud, l’ONU retire ses troupes des camps de protection des civils

Publié le :

                Des dizaines de milliers de Sud-Soudanais avaient trouvé refuge dans ces camps pendant la guerre civile, mais depuis la formation d’un gouvernement d’union nationale, il y a six mois, ces civils ne sont plus menacés, estiment les Nations unies.
            </p><div readability="62.66756212223">

                                    <p><em>Avec notre correspondante dans la région</em>, <strong>Charlotte Simonart</strong>

Le retrait des soldats et des policiers de la mission de l’ONU au Soudan du Sud (Minuss) a déjà commencé dans certains camps. Ces six dernières années, plus de 180 000 personnes y ont trouvé refuge, à travers le pays, fuyant les violences ethniques commises durant la guerre civile.

Ces populations ne seront pas forcées de quitter les lieux et les services humanitaires continueront, assure l’envoyé spécial de l’ONU, mais ces camps, transformés en camps de déplacés, seront désormais gérés par le gouvernement sud-soudanais.

L’ONU estime que ces populations ne sont plus menacées depuis l’accord de paix, signé en 2018, et la formation d’un gouvernement d’union en mars dernier.

Le Soudan du Sud se remet difficilement de cette guerre civile qui a tué 380 000 personnes et fait basculer la population dans une crise humanitaire catastrophique. La paix y est encore fragile, alors que de nouvelles violences communautaires éclatent dans certaines régions, notamment dans la province de Jonglei, dans l’est du pays.

Le retrait des troupes de l’ONU des camps de protection des civils permettra de redéployer 300 à 450 soldats et policiers dans ces zones sous tension.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top