Close

Cameroun : dans le Nord-Ouest, l’impossible cohabitation entre « Mbororos » et anglophones

Une femme Mbororo, au Cameroun, en 2015.

Une femme Mbororo, au Cameroun, en 2015. © Jorge Fernandez/LightRocket via Getty Images

Plus connus sous le nom de « Mbororos », les Fulanis du Nord-Ouest sont devenus des acteurs à part entière du conflit qui sévit dans cette région anglophone du Cameroun. Victimes des milices sécessionnistes, ces populations sont aussi accusées d’exactions.

C’est une crise dans la crise. À quelque 200 kilomètres de Bamenda, la capitale de la région du Nord-Ouest, les collines verdoyantes de Ndu – dans le département du Ndongang-Mantung – ont beau offrir du pâturage à profusion en cette saison de pluie, les pasteurs Fulanis et leurs troupeaux qui inondent habituellement ces terres se font rares. Les bergers de cette communauté de nomades s’étaient pourtant sédentarisés dans la région. Mais en raison de la résurgence de tensions avec des membres de la communauté chrétienne Grassfields autochtone, ils ont pour la plupart quitté les lieux.

Plus connus sous le nom de « Mbororos », les Fulanis se disent victimes d’exactions de milices sécessionnistes qui luttent pour l’indépendance du Cameroun anglophone. Et dénoncent des intimidations, kidnappings, assassinats, ainsi que le vol de bétails et d’autres biens.

J A

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top