Close

Centrafrique: 12 combattants d’un groupe armé tués dans des combats avec des Casques bleus

Douze combattants d’un groupe armé qui tentaient de pénetrer dans une ville du nord-est de la Centrafrique sont morts dans des combats dimanche avec les Casques bleus de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), a annoncé mardi le gouvernement.

«Le dimanche 16 février 2020, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) a fait une incursion dans la localité de Birao» avant d’être repoussé par la Minusca, selon le porte parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui dans un communiqué publié mardi. «Le bilan fait état de 12 morts côté FPRC», a-t-il ajouté, précisant que des militaires centrafricains ont été aussi engagés.À lire aussi : Sud de la Centrafrique: les Casques bleus font reculer un groupe armé

Dimanche, le FPRC avait lancé une nouvelle offensive sur cette ville située dans le nord-est du pays et tenue par le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ), une milice rivale. Birao est le théâtre d’affrontement réguliers entre ces deux mouvements pourtant signataires à Khartoum d’un accord de paix il y a un an entre 14 groupes armés, et aussi entre ces rebelles et le gouvernement. Cet accord, censé mettre fin à une guerre civile meurtrière qui a commencé en 2013, a abouti à une baisse conséquente des combats mais les deux tiers du territoire sont encore tenus par des groupes rebelles.

Des combats sporadiques ainsi que les exactions contre les civils persistent, malgré la présence des Casques bleus de la Minusca depuis 2014. Dimanche, «le FPRC a fait une incursion par trois axes dans la localité de Birao. Les objectifs de ces attaques étaient vraisemblablement le site de déplacés ainsi que la base des Forces armées centrafricaines», a déclaré M. Kazagui dans ce communiqué. Jeudi, déjà, la Minusca avait fait appel à des avions de combat français qui avaient effectué une démonstration de force au-dessus de Birao pour dissuader une première offensive du FPRC, avait déclaré samedi à l’AFP le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro. La Minusca dispose d’une base à Birao, ville sous surveillance d’un contingent de casques bleus zambiens.

En Centrafrique près du quart des 4,7 millions d’habitants du pays ont fui leur domicile en raison des combats et de l’insécurité. Une élection présidentielle est prévue en décembre 2020.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top