Close

Centrafrique : Anicet-Georges Dologuélé ou le prototype d’un bossu qui ne voit pas sa bosse ?

Apparemment, les opposants politiques Centrafricains n’ont rien d’autre à faire que se faire entendre à longueur de journée sur les ondes, sans oublier les réseaux sociaux. Ceci n’est pas interdit pour des hommes politiques qui doivent s’exprimer sur la vie politique de leur pays. Mais s’exprimer sur la situation politique de son pays, rien que pour se faire entendre ne contribuera nullement à changer les choses, et faire avancer utilement le pays. Il va falloir poser des actes concrets qui accompagnent réellement les paroles aux fins de la transformation de ce qui est malaise et de la production de ce qui est souhaité qui aille dans l’intérêt commun.

Dologuélé est très mal placé pour prétendre dire que l’ANE ne l’inspire pas confiance. Ce dernier a oublié que c’est lui qui a avait tenté d’inverser les résultats du second tour des élections de 2016 en sa faveur, alors qu’il a lamentablement perdu, en invitant le rapporteur général de cette institution au domicile de son petit frère derrière le restaurant catimini ?

A l’orée des prochaines élections, on assiste irréfutablement à une course à la parole des opposants politiques sur les ondes comme s’ils étaient emportés par une indescriptible diarrhée qu’aucun médicament, combien efficace soit-il, ne peut calmer ou arrêter. Dologuélé en est le mentor sur les ondes de la place, ses ondes de prédilection. Il s’est dernièrement exprimé sur les ondes pour parler de l’ANE, dont il souhaite la recomposition avant les prochaines élections.

A vrai dire, Dologuélé est très mal placé pour prétendre dire que l’ANE n’inspire pas confiance. Puisqu’il a toujours fraudé, détourné, partout où il passé, il pense que tout le monde est véreux comme lui ? C’est cette ANE que ses amis de la transition avaient mis en place qui continue de travailler et qui a abattu un précieux travail que n’aurait jamais réalisé sieur Dologuélé.

Il vous souviendra que c’est cette ANE que les amis de Dologuélé qui géraient la Transition avaient mis en place qui continue de travailler actuellement ? En tout cas, il est très mal placé pour mettre en doute le bon fonctionnement de l’ANE, et de faire des leçons de morale à qui que ce soit sur la corruption. Qu’il se souvienne qu’on l’appelait Mr 10% quand il fut Premier Ministre sous l’ancien président Patassé ! C’est déshonorant.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top