Close

Centrafrique : Le Conseil de sécurité condamne les violences perpétrées par des groupes armés

de-gauche-a-droite-les-chefs-rebelles-mahamat-al-khatim-ali-darassa-et-abbas-siddiki
De gauche à droite, Mahamat Al Kathim (chef du MPC), Ali Darassa (Patron de l’UPC) et Abbas Sidiki (chef de 3R). Photo montage réalisée par CNC.

 

Bangui (République Centrafricaine) – Le Conseil de Sécurité de l’ONU a fermement condamné jeudi les violations de l’accord de paix et les violences perpétrées par des groupes armés en République Centrafricaine (RCA), en particulier dans le nord-est du pays.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité avait entendu un exposé de la situation en RCA par l’envoyé de l’ONU dans ce pays, Mankeur Ndiaye. Celui-ci avait déploré la reprise des combats, tout en se félicitant des avancées obtenues grâce à l’accord de paix du 6 février 2019.

Dans une déclaration à la presse publiée jeudi par la Présidence du Conseil, les quinze membres ont exigé des groupes armés qu’ils cessent « toutes les formes d’hostilités, d’incitation à la haine et à la violence ethniques et religieuses, et de violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme ». Ils ont rappelé à cet égard la possibilité d’appliquer des sanctions aux signataires de l’accord de paix qui ne respectent pas cet accord.

Le Conseil de sécurité s’est en outre déclaré gravement préoccupé par la poursuite des attaques contre la Mission des Nations Unies en RCA (MINUSCA) et a rappelé que les attaques visant des Casques bleus pouvaient constituer des crimes de guerre. Il a aussi dénoncé une récente campagne médiatique anti-MINUSCA « diffusant des informations fausses et inacceptables sur la Mission et son personnel ainsi que des incitations à la haine ».

Le Conseil de sécurité s’est toutefois déclaré préoccupé par les retards dans la mise en œuvre de certaines dispositions clés de l’accord de paix et a exhorté toutes les parties signataires à respecter pleinement leurs engagements. Il a également exhorté les parties non-signataires et toutes les parties prenantes politiques et de la société civile à soutenir la mise en œuvre de l’accord de paix.

Les membres du Conseil de sécurité ont exhorté les autorités centrafricaines et toutes les parties prenantes nationales à assurer la préparation d’élections présidentielle, législatives et locales inclusives, libres, justes, transparentes, et crédibles en 2020 et 2021.

CopyrightCNC2020

 

CNC

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top