Close

Centrafrique : Le retour de Michel Djotodia au pays fait l’effet du poisson courant au Cod-20

Bangui, le 09 sept.-20

Il y a à peine trois jours que l’ancien président Michel Djotodia est, selon ses propres termes, « définitivement rentré dans son pays pour apporter sa contribution à la consolidation de la paix ». Ce retour, comme une traînée de poudre, a fait remuer les méninges de plus d’un des soit disant leaders politiques du Cod 2020. Pourquoi cette froide manifestation d’inquiétude ? N’est-ce pas leur compatriote, leur allié d’hier ? Celui dont  ils ont tout fait pour soutenir son putsch en 2013 ? Les donnes ont-elles curieusement changé ?

A peine poser ses pieds sur le tarmac  de l’aéroport international de Bangui-Mpoko, la rentrée de Michel Djotodja sur son sol natal après 6 ans d’exil au Bénin, a fait l’effet du poisson courant pour ne pas simplement dire, l’effet de la piqûre d’une mouche dont la seule prononciation du nom, donne un terrible effroi aux blancs qui ont une grosse et inquiétante frousse du paludisme qui est de très loin capable de les tuer comme le covid-19 le fait en ce moment.

Juste réaction, ou manifestation d’une sourde inquiétude qui cache mal l’acrobatique  volte-face de leur idole de 2012-2013 ? A bien voir, c’est la deuxième hypothèse qui pourrait tenir la route, non pas pour rien, mais simplement parce que Djotodja, après son éviction sans ménagement du fauteuil  présidentiel moins d’un an après l’avoir occupé de force, s’est rendu compte avoir été biaisé par ceux-là qui le soutenait contre vents et marées et qui n’ont pas hésité un seul instant à le lâcher tomber comme un lézard chutant d’une branche d’arbre haut perchée.

Cette frousse des leaders du Cod 2020 se justifie par les fréquents  et assez riches contacts entre le Chef de l’Etat, le Pr. Faustin Archange Touadéra et son aîné Michel  Djotodia et surtout le déploiement du chronogramme de ses activités d’ici avant les élections prochaines.  Ce chronogramme prévoit une descente sur le terrain, particulièrement dans les zones du Nord-Est, c’est-à-dire, dans les préfectures de Bamingui-Bangoran, Vakaga et Haute-Kotto, réputées fief de Michel Djotodia. Alors où est le problème si un natif voudrait bien aller saluer les siens après une si longue absence pour les rassurer personnellement de son retour définitif au pays et donc chez lui et leur témoigner sa disponibilité à contribuer à l’instauration de la paix ?

Décidément, le Cod 2020 qui n’est constitué que d’abrutis voyant en tout que du rouge, comme le sang rouge des Centrafricains qu’ils ont toujours comploté, continuent de comploté pour faire verser, ne pourront jamais discerner ce qui est mal et ce qui est bien pour la nation et le peuple. Djotodja, lui par contre, s’est hissé sous les rayons de lumière, la lumière divine, celle-là qui permet de mettre à jour ce qui se passe sous l’impulsion des forces des ténèbres aux fins de pouvoir les solutionner, sinon les éviter.  Et la détermination à ne plus retomber dans un péché mortel de celui qui était, à défaut, considéré comme le très mauvais agent causal de toutes les souffrances des Centrafricains, dues au putsch de 2013, offre l’occasion au Cod 2020 de fomenter des griefs contre celui qui, plutôt, veut se donner à chercher des voies et moyens qui puissent mener à un réel et durable retour de la paix en Centrafrique. Digne et louable attitude d’un fils du pays qui manifeste un brin de souci pour son peuple et sa patrie. Tel n’en nullement le cas des enfoirés du Cod-20 qui se plaisent énormément aux supplices de leur peuple.

En réalité, la prise de conscience de Michel Djotodia de la farce que lui ont jouée les principaux leaders du Cod-20 que sont Tiangaye, Dologuélé, les arrivistes comme Mahamat Kamoun, Nguendet et surtout le bon vaut-à rien de Zingas, ce qui lui a fait retourner sa veste, fait peur à tous les délinquants dudit regroupement politique. Cette peur vient de l’idée qu’il soit possible à Djotodia de sceller une alliance politique inédite avec le Chef de l’Etat, le Pr Faustin Archange Touadéra, alliance qui va une fois de plus, bouleverser l’échiquier politique du Cod-20, très incapable d’aller aux élections et qui s’arc-boute à l’idée d’un report des échéances électorales  au profit d’une « énième transition » où ils pensent trouver leur compte.

Qu’on le veuille ou non, Faustin Archange Touadéra est une chance pour les Centrafricains car, c’est un homme de cœur, un homme d’une intelligence exceptionnelle qui a su, en quelque temps seulement, rallier et ne cesse de rallier à sa cause des individus, des personnalités et des groupes extrêmement divers, dans une Centrafrique si riche en particularité de tout ordre. Sinon, comment aurait-il pu gagner les élections de 2015-1016 s’il n’avait rencontré une forte adhésion dans toutes les régions du pays ? Cet atout reste encore intact pour les prochaines élections.

@John Kpogbotchi,

 

Le potentiel centrafricain

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top