Close

Centrafrique : L’Union européenne débloque 15.5 millions d’euros pour le processus électoral.

‎Photo, l'Ambassadrice de l'UE en Centrafrique, Samuela Isopi et le ministre de l'économie et du plan, Félix Moloua signent la convention de financement., 20:54 ‎Appuyer deux fois pour ouvrir
‎L’Ambassadrice de l’UE en Centrafrique, Samuela Isopi et le ministre de l’économie et du plan, Félix Moloua lors de la signature de la convention de financement..

 

Bangui (République centrafricaine ) – Dans le cadre du soutien à l’organisation des élections couplées prévues pour le mois de décembre 2020, le gouvernement et l’Union européenne ont signé une convention de financement du processus électoral avec un montant de 15.5 millions d’euros dont 14.75 millions d’euros au Fonds Commun multi-bailleurs géré par le PNUD, et une autre partie au expertises techniques de  l’ÂNE, qui est également prévue dans le cadre de cet appui pour un montant de 500.000 d’euros.

 

La cérémonie de signature de ladite convention a eu lieu à la présidence de la République, en présence du chef de l’État Faustin Archange Touadera et l’ambassadrice de l’UE en Centrafrique Samuela Isopi, ce vendredi 6 mars 2020

À travers le financement du 11e fonds européen de développement (FED), l’Union européenne poursuit son soutien à la consolidation du  processus démocratique en République centrafricaine à travers la signature de cette convention de  financement à hauteur de 15.5 millions d’euros pour le soutien à l’organisation des élections présidentielles, législatives et locales, en 2020 et 2021.

En effet, l’Union européenne devient ainsi le premier bailleur et partenaire engagé avec des  fonds concrets, mis à la disposition de la RCA  à hauteur d’environ 50% des besoins financiers et prévus pour l’organisation de ce processus électoral déjà enclenché.

Ce financement supplémentaire, témoigne à suffisance la volonté et l’engagement des 27 États-membres de l’UE à l’endroit de la République centrafricaine, « l’évènement d’aujourd’hui marque la réalisation matérielle de l’engagement pris par l’Union européenne à contribuer au financement et donc à la tenue effective des élections de 2020-2021 », a déclaré Samuela Isopi, ambassadrice de l’UE en RCA qui ajoute que cette cérémonie permet un nouveau jalon sur le chemin de la RCA vers une sortie définitive de son histoire de crises politiques et sécuritaires, « l’apport d’une contribution financière déterminante pour le déroulement et la réussite des prochaines élections, les premières après le retour à l’ordre constitutionnel », a-t-elle réitéré.

Malgré que plusieurs observateurs politiques doutent de la tenue de ce processus électoral par rapport à l’occupation d’une grande portion du territoire par les groupes armés qui continuent de dicter leur loi, la cheffe de la délégation de l’UE quant à elle, a dissipé le doute qui plane dans la tête de ces derniers.

« Mais nous sommes convaincus que l’ÂNE au su capitaliser les leçons apprises et saura bâtir sur cette expérience. Quels que soient les défis politiques, logistiques et sécuritaires, déjà relevés en 2015-2016 dans une situation plus compliquée que celle d’aujourd’hui, l’Union européenne est convaincue que la tenue des élections 2020 n’est pas seulement possible, mais elle est indisponible », a-t-elle indiqué sans passer par quatre chemins.

Du côté gouvernement, représenté par Félix Moloua, ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, a reconnu, que la signature de cette convention de financement entre le gouvernement et l’UE, constitue une étape cruciale et décisive dans la marche vers la consolidation de la paix et de la gouvernance démocratique en République centrafricaine à travers le démarrage d’un certain nombre d’activités prévues dans les différentes étapes du processus électoral.

La signature de cette convention de financement entre le gouvernement et l’UE vient compléter le premier programme d’appui au processus électoral.

Il s’agit du programme de consolidation de la démocratie (UE-PCD), mis en œuvre par l’agence belge de développement ENABEL, par lequel l’UE a déjà engagé 2 millions d’euros destinés au financement des opérations logistiques préélectorales, entre autres le déploiement de l’opération de cartographie, la contribution à la mise à niveau du centre de traitement des données par l’achat d’équipements informatiques complémentaires et la contribution à l’autonomisation des démembrements de l’ÂNE au niveau des préfectures et des sous-préfectures.

Jefferson Cyrille YAPENDE

   

 

 

           

 

 

 

 

 

 

CNC

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top