Close

Centrafrique : Que cherche Anicet Georges Dologuelé en France ?

On sait depuis une bonne décennie que le peuple centrafricain est victime des complots orchestrés par les grandes puissances assoiffées des matières premières pour leurs industries. Cependant, les Centrafricains ont confiance à la nouvelle politique française en Afrique et précisément en Centrafrique. Ce qui signifie que tout plan machiavélique que pourrait tenter M. 10% n’aura pas d’effet. La France est au chevet de la République centrafricaine depuis la dernière crise où le pays a frôlé de justesse au génocide. Elle ne pourra pas pour un seul homme, détruire tous ses efforts. C’est la conviction du peuple centrafricain.

Après avoir insulté le peuple centrafricain et confiant de son impopularité, cet homme se retrouve en France pour chercher un soutien dans le but de gagner une transition politique afin de partager le pouvoir. Malheureusement, les Centrafricains ne sont pas des moutons comme il le pense « A malin, malin et demi »

Centrafrique : L’impopularité de François Bozizé à Bossangoa, quelle triste fin ?

L’homme de mars 2003 qui a pris le pouvoir par les armes en rendant la monnaie de singe au président démocratiquement élu Ange Felix Patassé évolue désormais en dent de scie. Depuis son retour au pays par la petite porte, le candidat du KNK à la prochaine présidentielle vient d’essuyer une honte à Bossangoa avec une faible participation des militants.

Le Centrafricain n’a pas une courte mémoire mais sait laisser le temps au temps pour faire son temps. Voilà pourquoi, dans certaines zones du pays, les populations se souviennent des raisons de leurs souffrances depuis 2003 et n’attendent que du rouleau compresseur de la Cour pénale spéciale (CPS) pour que les victimes soient rétablies dans leur droit de réparation.

Si de nos jours Ali Darass est présent en Centrafrique pour supplicier le peuple centrafricain, c’est à cause de celui qui s’agite de nos jours pour acheter les consciences des populations avec l’argent détourné lorsqu’il était dans les commandes. Pour mémoire, Ali Darass vient de s’enrôler sur la liste électorale centrafricaine, mais parce que du temps de Bozizé, ce dernier a été naturalisé et bénéficie des avantages des khalifes dans sa région. A qui la faute ?

Les faits sont têtus sinon, la honte devrait tuer le tombeur de Patassé, le président démocratiquement élu.

Centrafrique : Le président Touadéra face à la politique de pacification du pays

La République centrafricaine depuis une bonne décennie, traverse une triste histoire suite à une crise militaro-politique qui a plongé le pays dans un gouffre difficile à reconstruire. Depuis la prise de pouvoir par le président Touadéra, les actes parlent d’eux-mêmes et de leur relance.

La paix et la sécurité constituent les axes forts dans la politique du président Touadéra. Depuis décembre 2012, avec la formation de la coalition Séléka dans la partie septentrionale du pays majoritairement des musulmans et la riposte des Anti-Balaka se réclamant chrétiens, le pays est tombé si bas qu’il fallait un homme pour son redressement. C’est dans ce contexte que le président a opté pour la main tendue afin de travailler dans la reconstruction des consciences avant le rétablissement de l’ordre. Dans cette politique, un Accord a été négocier depuis Khartoum, et signé à Bangui le 06 février 2019 entre le gouvernement et les 14 groupes armés. Et comme la paix est un processus, les groupes armés progressivement entre dans la danse du champion du MCU qui veut pacifier son pays par le canal du dialogue sans toutefois créer d’autres incidents majeurs.

Aujourd’hui, grâce à la politique de sa main tendue, les Centrafricains peuvent circuler librement et dormir dans toute quiétude surtout avec la montée en puissance des FACA.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top