Close

Centrafrique : Rachel Ngakola de BTK en campagne d’injure et de trouble dans la Ouaka

Bangui, le 14 août 20

Rachel Ngakola, c’est cette dame qui fait parler d’elle ces derniers dans la préfecture de la Ouaka avec les troubles organisés, notamment à Grimari où elle a fait la propagande de son conjoint, l’opposant politique Mahamat Kamoun de « Béafrica Ti é Kwé », et que les violences s’en sont suivies atrocement dans cette sous-préfecture.

Après Grimari, Rachel Ngakola a mis le cap sur Bambari pour accomplir la même stupidité qui heureusement, elle a été chassée par les autorités locales qui s’opposent catégoriquement à son projet de campagne diffamation, de dénigrement…contre les autorités du régime en place, particulièrement le président Faustin-Archange Touadéra, les membres du gouvernement et autres personnalités de la place.

A Ippy, Rachel Ngakola a fait encore le pire dans la journée du 13 aout 2020. Avec la complicité du maire et le sous-préfet d’Ippy, cette dame superflue a commis un incident très dramatique. Sans avoir l’autorisation des autorités qui sont d’ailleurs dans sa poche avec les miettes sommes d’argent qu’elle leur donne, Ngakola a tenu la campagne électorale au nom de BTK de son mari Mahamat Kamoun, pour offenser publiquement le président Touadéra, en le traitant au nom de tout.

Rachel Ngakola veut produire les mêmes violences meurtrières connues récemment à Grimari. C’est effectivement ce qu’elle vient de faire à Ippy, en battant campagne électorale pour ses parents politiques de son conjoint  Kamoun, alors que l’ANE, conformément au calendrier des opérations électorales, n’a pas encore lancé officiellement ladite campagne. Si elle venait d’être tuée à Ippy, va-t-on encore accuser le pouvoir en place ? Les autorités judicaires de la Ouaka sont déjà saisies pour que des dispositions pratiques soient diligenter dans contre Ngakola, pour que cessent ces bavures politiques.

Les autorités doivent mettre un terme aux bavures de Rachel Ngakola qui propose de continuer son aventure déstabilisatrice à Bakala et bientôt Kouango. Dans cette même optique, le maire d’Ippy qui soutient Rachel Ngakola dans ses démarches d’injures contre le président Touadéra, doit être éjecté indubitablement de son poste de responsabilité pour qu’il ne soit pas trop tard.

@Jacques Kossingou,

Le potentiel centrafricain

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top