Close

Centrafrique : sept cas d’abus et violations des droits de l’homme documentés par la MINUSCA en une semaine

Centrafrique : sept cas d’abus et violations des droits de l’homme documentés par la MINUSCA en une semaine

BANGUI, 14 Octobre 2020 (RJDH) — La division Droit de l’Homme de la Minusca a enregistré et documenté sept (7) incidents d’abus et violations de droit de l’homme et droit international humanitaire en Centrafrique. Il s’agit de menace de mort, d’atteinte à l’intégrité physique, privation de liberté. Ce rapport a été présenté ce mercredi 14 octobre, lors de la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire de la Minusca.

Ces infractions ont affecté 11 victimes dans deux préfectures de la Ouaka et de Mbomou. Les auteurs de ces violations et abus documentés du 6 au 12 octobre dernier, sont des éléments de l’UPC, d’Anti Balaka et du FPRC. « Des rapports des incidents ont été envoyés au gouvernement centrafricain pour des mesures », a rapporté le Porte-parole par intérim de la MINUSCA, Charles Bambara.

Les 11 personnes ont subi « des menaces de mort, d’atteinte à l’intégrité physique, de privation de liberté » a-t-il ajouté. « Nous avons enregistré et documenté 7 incidents dans la période du 6 au 12 octobre. Le pourcentage est revu en baisse de 12%. La division des droits de l’homme de la MINUSCA a observé la diminution du nombre des incidents de 12,5% et du nombre des victimes de 38%, comparativement à la semaine précédente qui a enregistré 8 incidentes et 6 victimes », a rapporté le porte-parole intérimaire.

La MINUSCA dans sa mission, poursuit-il, est d’appuyer le gouvernement dans la lutte contre l’impunité, « ces rapports devraient servir de point de repère pour les instances judiciaires pour que des procédures judiciaires soient engagées. Si rien n’est fait, la gestion de tous les rapports envoyés revient au gouvernement centrafricain ».

Les articles 5 et 9 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipulent respectivement que: « nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitement cruel, inhumain, ou dégradant. Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé ».

Auguste Bati-Kalamet

Rjdh

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top