Close

Coronavirus: devant la baisse des cas, le Kenya procède à de nouveaux allègements

Publié le : Modifié le :

Le président Uhuru Kenyatta a tenu mercredi 26 août son 11e discours à la nation depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Il a annoncé 213 nouveaux malades en 24 heures pour un total de 33 000 personnes infectées, confirmant ainsi une baisse progressive entamée depuis un mois. Une fois n’est pas coutume, le chef de l’Etat a adopté un ton résolument optimiste.

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

Série de bonnes nouvelles annoncée par Uhuru Kenyatta, notamment économiques. Les exemptions d’impôts ont rapporté 480 millions de dollars aux ménages. La croissance reste encourageante à 4,5%, l’inflation a baissé de 2 points par rapport à l’an dernier. Côté médical, le taux de tests positifs est passé de 13 à 8% depuis juin. Le chef de l’Etat estime que les efforts consentis payent enfin.

« Une majorité de Kenyans ont fait preuve de responsabilité civique. Le nombre d’infections est descendu à un niveau gérable. C’est très encourageant. Nous avons une chance de passer à 5% de taux de tests positifs, ce qui rendra possible une réouverture totale de notre économie et notre pays. »

Uhuru Kenyatta a donc annoncé de nouveaux allègements. Les hôtels peuvent reprendre la vente d’alcool. Les restaurants resteront ouverts une heure de plus. 100 personnes à la fois sont désormais autorisées aux mariages et enterrements. La vente de vêtements d’occasion peut recommencer. Les événements sportifs vont reprendre graduellement.

Quant au scandale du moment, les soupçons de détournements de millions de dollars destinés à la lutte contre le Covid-19, le président Kenyan, dont on a reproché le silence sur cette affaire, souhaite la fermeté.

« Etant donné l’intérêt public de cette affaire, je donne 21 jours aux enquêteurs pour terminer leurs investigations. Les coupables seront trainés en justice, peu importe leur position, leur statut politique ou social. »

Alors qu’aujourd’hui le Kenya fête les 10 ans de sa Constitution, le chef de l’Etat a au passage glissé des indices d’une future réforme. Un serpent de mer dont le pays débat depuis des années, mais qui semble de plus en plus pressentie.

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top