Close

Coronavirus: «J’ai consacré mon esprit à l’analyse sereine de la situation » (P. Talon)

Le président de la République du Bénin, Patrice Talon est sorti de son silence face à la pandémie du Coronavirus sur la télévision nationale ce dimanche 29 mars 2020 où il exhorte le peuple béninois au respect des mesures prises par le gouvernement. «Ce combat, nous allons le gagner », rassure le président de la République Patrice Talon sur la télévision nationale ce dimanche 29 mars 2020. Il relève que la menace de la pandémie du Covid-19 est sérieuse, «elle est grave mais que nous avons collectivement les moyens pour la battre ». Pour lui, le gouvernement a pris la mesure de l’enjeu auquel le Coronavirus soumet la stabilité sanitaire au Bénin. Et son silence sur la question n’est pas synonyme d’indifférence.

«J’ai consacré mon esprit à l’analyse sereine de la situation et de toutes ses implications », a indiqué le chef de l’Etat. Il ajoute que «si mes compatriotes n’ont pas eu encore l’occasion de m’entendre en personne, c’est bien parce que je suis à la tâche. Jour et nuit, minute après minute, je m’implique. Je m’implique personnellement dans tous les segments de la riposte ». Il dit s’être impliqué personnellement «dans la collecte des données sur le plan national et international, l’analyse, l’appréciation des impacts sanitaires médicaux, financiers, économiques et sociaux, les projections à court et moyen terme, la stratégie et la mise en œuvre d’action puis le suivi-évaluation des recommandations et des opérations ».

Pas de désespoir

Face à la gravité de la situation sanitaire qu’impose le coronavirus au monde entier, Patrice Talon semble plein d’espoir d’un lendemain meilleur. Il estime que les actions engagées par son gouvernement et les mesures prescrites sont susceptibles de faire gagner au Bénin le combat si chacun des Béninois joue bien sa partition. Car, il croit à la ligne de conduite du gouvernement et la prescription pertinente des actions et mesures de la riposte ainsi que leur timing réaliste de mise en œuvre.

Sur la polémique autour de la promptitude dans la prise de décision et de la radicalité de ces dernières, le chef de l’Etat relève que certaines mesures n’ont pas «le même degré de pertinence partout et qu’il y a aussi des actions et mesures qui ne sont pas soutenables trop longtemps dans le contexte qui est celui du Bénin ». Selon lui, «pour accompagner la réduction de mobilité et les confinements, les pays riches débloquent des sommes faramineuses et certains ont même recours à des solutions monétaires à peine déguisées pour prévenir le chaos socioéconomique inévitable autrement ». Et à le croire, «le Bénin, notre pays, à l’instar de la plupart des pays d’Afrique, ne dispose pas de ces moyens ». Alors, «si nous ne tenons pas compte de tout cela, nous pourrions dans notre action, déclencher un chaos qui remettrait même en cause le minimum impératif de la lutte ».

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top