Close

Côte d’Ivoire : entre choc et condoléances, les réactions au décès d’Amadou Gon Coulibaly

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, dauphin désigné d’Alassane Ouattara à la présidentielle d’octobre, est décédé brutalement ce mercredi à Abidjan. Réactions des responsables politiques ivoiriens et africains.

Les réactions se succèdent depuis l’annonce de la mort d’Amadou Gon Coulibaly, survenue ce mercredi 8 juillet. Le Premier ministre, candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir) est décédé après avoir été victime d’un malaise en conseil des ministres et évacué vers la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PISAM), à Abidjan.

Dans un communiqué faisant part de sa « profonde douleur », le président Alassane Ouattara a rendu hommage à « [son] jeune frère, [son] fils, Amadou Gon Coulibaly, qui a été, pendant trente ans, [son] plus proche collaborateur », et salué « la mémoire d’un homme d’État, de grande loyauté, de dévouement et d’amour pour la Patrie », qui a incarné « cette jeune génération de cadres ivoiriens de grande compétence et d’extrême loyauté à la Nation ».

La « tristesse » de Soro, la « consternation » d’HKB

Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et probable candidat à la présidentielle prévue en octobre, a exprimé mercredi sa « grande consternation ». « Son décès, inattendu ce jour, nous afflige profondément. Grand serviteur de l’État, il reste un exemple de loyauté et de fidélité dans le respect de ses convictions politique, a réagi l’ancien président dans un communiqué. Je voudrais, également, de façon particulière adresser mes sincères condoléances au Président Alassane Ouattara, qui perd un fidèle et loyal collaborateur. »

Guillaume Soro a de son côté fait part de sa « grande tristesse ». « J’apprends ce soir le décès du Premier ministre de la Côte d’Ivoire M. Amadou Gon Coulibaly, avec qui j’ai partagé une longue fraternité même si ces temps-ci, je n’ai pas eu l’opportunité de lui parler », a-t-il réagi. Et d’ajouter : « Nos épouses et nos enfants se sont fréquentés depuis la longue traversée du désert des années 2002 en France. Ces liens n’ont jamais été érodés en dépit de l’atmosphère politique ambiante. »

La disparition d’un « frère » pour Laurent Gbagbo

« Au nom de son président, son excellence Monsieur Laurent Gbagbo, le FPI s’incline avec respect devant la mémoire du grand serviteur de l’État qu’a été l’illustre disparu, indique un communiqué du parti. Le FPI rappelle que le Premier ministre a été un compagnon politique du président Laurent Gbagbo dans le cadre du Front républicain, du temps de feu Djéni Kobina. Il a aussi été membre de son gouvernement, en qualité de ministre de l’Agriculture. (….) La disparition du Premier ministre est donc ressentie par le président Laurent Gbagbo comme celle d’un ancien compagnon, d’un ancien collaborateur et d’un frère ».

« C’est une terrible nouvelle et c’est une grande perte, avait mercredi réagi Georges Armand Ouégnin, président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) et soutien de l’ancien président Laurent Gbagbo. Nous ne pouvons que présenter nos condoléances à sa famille biologique, à sa famille politique et à l’ensemble du gouvernement ivoirien. »

« Nous pensions qu’il était revenu rétabli de sa convalescence en France. »

« Nous avons été stupéfaits par sa brutale disparition, a commenté Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI). Nous pensions qu’il était revenu rétabli de sa convalescence en France. Toute la Côte d’Ivoire est en deuil. Au nom du FPI et en mon nom personnel, je voudrais présenter mes condoléances au chef de l’État, au gouvernement, au RHDP et à toute famille. »

Marcel Amon-Tanoh,ancien ministre des Affaires étrangères, a quant à lui fait part de ses condoléances avec cette « nouvelle cruelle ».

Nombreuses réactions continentales

Les réactions affluaient également depuis l’étranger. « J’ai appris avec peine le décès du Premier ministre de la Côte d’Ivoire Amadou Gon Coulibaly, a fait savoir mercredi soir le président sénégalais Macky Sall. Au nom de la Nation, je présente mes condoléances émues au président Alassane Ouattara, ainsi qu’à sa famille et au peuple ivoirien frère »

Le président du Burkina Faso a fait part de sa tristesse, exprimant ses « sincères condoléances et celles de la Nation burkinabè à mon frère et ami Alassane Ouattara, à la famille éplorée du défunt, à sa famille politique et au peuple ivoirien ».

« Nous avions une relation étroite d’amitié et de fraternité. Au nom de mon gouvernement, je présente toutes mes condoléances au gouvernement ivoirien et à sa famille », a ajouté Alpha Barry, ministre burkinabè des Affaires étrangères.

Le président togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, a également présenté ses condoléances sur les réseaux sociaux.

« Je suis attristé par le décès de mon cher frère et ami, le Premier Ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly. Un grand homme. Un homme humble. Un homme fidèle. Les mots ne peuvent exprimer ma tristesse », a pour sa part réagi le président de la Banque africaine de développement, le Nigérian Akinwumi Adesina.

Le président nigérien a fait part de »sa grande émotion », adressant lui aussi un message de condoléances sur les réseaux sociaux.

Jeune Afrique

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top