Close

Covid – 19 : le Père Giovanni Zaffaneli se porte mieux et tend à se rétablir, selon l’Institut Pasteur de Bangui

Bon à savoir] Quel rôle joue l’Institut Pasteur de Bangui dans la riposte contre💪 le #Coronavirus en #Centrafrique🇨🇫️ ?

Dans l’unique laboratoire de sécurité microbiologique P2/P3+ de #Centrafrique🇨🇫️, l’équipe du laboratoire des arbovirus, fièvres hémorragiques virales, virus émergents et zoonoses, formés à la gestion des urgences dans les situations les plus graves, manipulent le virus SARS-CoV-2 responsable de la nouvelle pandémie mondiale de Covid-19. Le personnel se relaie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Le but : confirmer le diagnostic du coronavirus dans les prélèvements des cas suspects le plus rapidement possible. La réputation du coronavirus n’est plus à faire et celle de l’Institut Pasteur de Bangui non plus. En effet, dès que la menace a surgi en Centrafrique, l’Institut Pasteur de Bangui a été capable d’offrir des tests de diagnostics aux centrafricains. Le Laboratoire de haute sécurité P3+ de l’Institut Pasteur de Bangui est le point névralgique de la riposte nationale contre les maladies infectieuses. C’est le laboratoire de référence en République Centrafricaine🇨🇫️ pour diagnostiquer les menaces infectieuses. L’institut Pasteur de Bangui est membre du réseau international des instituts pasteur et collabore encore plus étroitement avec l’Institut Pasteur (Paris) qui lui envoie par colis hautement sécurisé des spécimens de tous les microbes inquiétants. Le Laboratoire P3+, inauguré en 2011, est la seule installation en République Centrafricaine🇨🇫️ à être classée niveau 3 sur l’échelle de sécurité biologique, indispensable pour manipuler le coronavirus, pathogène de classe 4. La classe « 4 » est une catégorie qui regroupe des pathogènes susceptibles de provoquer des maladies graves, avec des taux de mortalité et de transmission élevés, et contre lesquels il n’y a en général ni vaccins ni traitements. Les locaux du laboratoire sont maintenus en dépression, évitant toute fuite à l’extérieur, pour assurer un confinement maximal. L’air ne peut pas s’en échapper. Au-dessus du plafond, un compartiment est réservé aux installations de traitement de l’air, doublement filtré. On ne travaille pas dans le laboratoire plus de trois heures d’affilée car à l’intérieur on ne peut ni boire ni manger, ni aller aux toilettes. Il faut compter au moins 10 minutes de procédure pour sortir du laboratoire. Les échantillons viraux sont eux-mêmes confinés dans des fioles spéciales.
Un tout autre fléau mondial qui n’a rien de microbien gangrène le pays : les fausses rumeurs et la désinformation qui entravent la lutte partout où une maladie émerge. En quelques heures, de fausses informations peuvent atteindre des millions de personnes et causer des dommages immenses. A ce propos, le patient cas zéro infecté au coronavirus se porte mieux et tend à se rétablir.

Institut Pasteur de Bangui

Avec: Letsunami

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top