Close

Différend entre l’Ethiopie et l’Egypte : le Kenya parle

D’un coût de 4 milliards de dollars, le méga projet d’infrastructure hydraulique initié par l’Éthiopie et dénommé Grand Barrage de la Renaissance (GERD) est censé devenir le plus grand barrage d’Afrique avec une production de 6000 mégawatts de capacité. Cette capacité de production hallucinante est équivalente à celle de 6 réacteurs nucléaires. Cet immense projet doit se réaliser sur une partie du fleuve Nil et c’est là que le bât blesse.

L’Égypte qui dépend en grande partie du fleuve Nil pour son ravitaillement en eau ne voit pas d’un bon oeil le projet éthiopien, le pays tire près de 90% de ses besoins en eau dans le Nil. Les autorités égyptiennes craignent que le projet de Grand Barrage de la Renaissance ne réduise considérablement le débit du fleuve Nil. depuis 2012, date du début du projet, l’Éthiopie et l’Égypte n’arrivent pas à s’entendre sur la mise en place du projet GERD.

Kenyatta propose de rechercher des solutions endogènes

De nombreuses négociations ont été initiées mais elles ont toutes échoué et il y a eu à de nombreuses reprises des tensions entre Addis-Abeba et le Caire. Ce vendredi 13 Mars, le président du Kenya, Uhuru Kenyatta a reçu la présidente éthiopienne Sahle-Work Wewde pour parler notamment du projet GERD, durant les discussions entre les deux chefs d’État, Kenyatta a mis en avant la nécessité de rechercher des solutions africaines aux problèmes africains et qu’il est possible de trouver un compromis qui va satisfaire toutes les parties.

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top