Close

Francophonies: Moïse Touré et Rokia Traoré questionnent la notion de l’hospitalité

Publié le : Modifié le :

                La pièce « La nuit sera calme » offre une expérience sensible autour de l’hospitalité. Sur scène, des bribes poétiques et expérimentales questionnent cette notion élémentaire et pourtant régulièrement mise en cause de notre humanité. Un projet conçu par le metteur en scène Moïse Touré avec et pour la chanteuse Rokia Traoré.
            </p><div readability="152.62992905461">

                                    <p>Retenue au Mali, à cause de ses problèmes avec la justice, l’absence physique de la chanteuse et compositrice malienne <strong>Rokia Traoré</strong> a presque donné un intérêt supplémentaire à ce spectacle devenu fantomatique, confronté à l’absence de la présence physique du rôle principal. Moïse Touré, qui adore faire dialoguer les continents géographiques et culturels, a relevé le défi pour cette première de <em>La nuit sera calme</em> au festival des francophonies, Les Zébrures d’Automne. Le metteur en scène ivoirien et depuis très longtemps Français d’adoption a décidé de projeter une vidéo réalisée par la star malienne dans les rues de Bamako sur grand écran à Limoges et de faire chanter ses chansons composées pour le spectacle par la chanteuse malienne Dassoum Fané. Créée finalement dans une double urgence, la pièce assume sur scène pleinement et avec succès sa fragilité.

RFI : La nuit sera calme commence avec un constat simple : « Depuis les nuits du temps, l’homo sapiens est un homo migrans. » Autrement dit : l’humanité s’avère être une espèce de migrants. Alors tout est dit dès le début du spectacle ?

Moïse Touré : Oui, on pourrait arrêter la pièce à cette citation, parce que l’essentiel est déjà dit. Mais après, on verra comment cette notion d’hospitalité peut être vécue dans différents états : des états émotionnels, intellectuels, physiques… Dès la première image, on se trouve entre l’hospitalité et la remise en cause de l’hospitalité. Un texte du philosophe Jacques Derrida nous raconte de manière définitive l’absolu de l’hospitalité.

L’accueil sans condition, l’hospitalité, est au centre de la pièce. Dans votre spectacle, à quoi ressemble-t-elle ?

Cela ressemble à l’humanité que j’ai réunie sur le plateau. Il y a à la fois une mère et son enfant, une hospitalité presque primitive, parce que la première hospitalité qu’on reçoit est dans le ventre de notre mère qui nous porte pendant neuf mois. Donc, j’avais envie de partir de cette question fondamentale de l’hospitalité qui est de recevoir quelque chose et de le garder, de le porter, de l’accompagner. Après, c’est l’hospitalité des autres. Par exemple, inviter des artistes, comme Rokia Traoré, qui devrait être là et qui nous a fait venir de Bamako une amie chanteuse et un musicien. Le plateau de théâtre aussi est un lieu d’hospitalité pour accueillir les mots, les corps, les sons, les musiques, les voix. J’avais aussi envie d’organiser le plateau comme un territoire d’accueil. Un théâtre d’accueil essayant d’osciller entre la poésie, la pensée, le chant, et qui laisse aux spectateurs la possibilité de faire son propre voyage intérieur. Ce n’est pas un message imposé, c’est un message d’ouverture.

<div class="m-em-image">
«La nuit sera calme», de Moïse Touré et Rokia Traoré, première présentée au Festival des Francophonies, Les Zébrures d’Automne, à Limoges.
                    <figcaption class="m-figure__caption"><span class="m-figure__caption__legend">«La nuit sera calme», de Moïse Touré et Rokia Traoré, première présentée au Festival des Francophonies, Les Zébrures d’Automne, à Limoges.</span>                <span class="m-figure__caption__credits">© Estelle Deniaud</span>            </figcaption></figure></div><strong><em>La nuit sera calme</em> évoque aussi la capacité d’oublier en citant des penseurs, des artistes, des philosophes...</strong>

À partir de Jacques Derrida, j’ai demandé à des auteurs contemporains d’écrire sur l’hospitalité. On entend des textes du Suisse-Camerounais Simon Njami, du Burkinabè Aristide Tarnagda, de Georges-Didi Huberman… pour dire comment porter aujourd’hui cette notion d’hospitalité. Cette question se trouve en plein d’actualité, mais cette histoire ne va pas durer seulement quelques mois et se terminer. Elle est vraiment au cœur de l’humanité aujourd’hui.

C’est une pièce pensée avec et pour Rokia Traoré qui n’a pas pu venir en France pour des raisons juridiques. Au-delà du cas spécifique de Rokia Traoré, à l’époque du coronavirus, dans les spectacles, la question de la présence physique se pose de plus en plus. Cette présence d’absence, que change-t-elle pour un metteur en scène ?

Cela change beaucoup de choses. Mais on était en permanence en dialogue. L’image que vous avez vue aujourd’hui au spectacle, elle est venue hier, une heure avant le spectacle ! La chanteuse qui est venue de Bamako, on ne l’a su qu’il y a une semaine qu’elle venait ! Tout cela rend fragile, incertain. Mais, d’une certaine manière, cette incertitude, cette fragilité, cette absence, j’ai essayé de ne pas la cacher ou la résoudre, mais de laisser le plateau vivre avec cela. Donc, il y a des trous, des absences. Pour cela, à un moment donné, quand le téléphone sonne, Derrida parle de fantômes. C’est aussi un spectacle fantomatique, les fantômes sont là, par l’esprit et plein d’autres choses. On ne les voit pas, mais ils sont là. D’une certaine manière, la question du fantôme, qui est une question théâtrale, traverse aussi La Nuit sera calme.

La pièce réunit texte, danse, chant, musique, projection vidéo… Quel est le rôle, la place du français, de la langue française dans cette pièce sur l’hospitalité, sur l’étranger…

Le rôle est déterminant parce que les auteurs cités ont écrit en français. Je voulais aussi faire cohabiter le français avec d’autres langues. Il était important pour moi que le français accueille d’autres expressions, d’autres façons de penser. Le français est une langue partagée par beaucoup de peuples. C’est un français universel permettant aussi l’hospitalité d’autres voix. Le français ne peut pas être la seule voix. Elle peut accompagner, accueillir. C’est ce français-là aussi que je voulais montrer.

        <div class="m-em-diaporama">
    <div class="m-em-diaporama__content" data-diaporama="WB1917563-RFI-FR-20200928" data-lazyloaded="diaporama">
    <diaporama diaporama-classes="m-diaporama" image-wrapper-classes="m-diaporama__image-wrapper" image-classes="m-diaporama__image-sizer" left-transition-classes="m-diaporama--transition-left" right-transition-classes="m-diaporama--transition-right" image-active-classes="m-diaporama__image-sizer--active" image-n-minus-active-classes="m-diaporama__image-sizer--n-minus-active" image-loaded-classes="m-diaporama__image-sizer--loaded" inlined-images-data='[{"title":"","alt":"u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","legend":"u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","credits":"u00a9 Christophe Pu00e9an","link":"","url":"https://s.rfi.fr/media/display/52a23f9e-017b-11eb-a6b4-005056bf87d6/","filename":"29-la_nuit_sera_calmecchristophe_pean_0.jpg","ratio":"p:16x9","displayFormat":"original"},{"title":"","alt":"Les comu00e9diens, chanteurs, musiciens font le salut apru00e8s u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","legend":"Les comu00e9diens, chanteurs, musiciens font le salut apru00e8s u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","credits":"u00a9 Siegfried Forster / RFI","link":"","url":"https://s.rfi.fr/media/display/9f2a02c4-017c-11eb-a8f7-005056a964fe/","filename":"scene_nuit_calme_img_7578_0.jpg","ratio":"p:16x9","displayFormat":"original"}]' :allow-fullscreen="true" v-cloak=""><template v-slot:prev="scope"><button class="m-diaporama__prev-btn">
                <span class="svg" v-html="scope.icon"></span>
            </button>
        </template><template v-slot:next="scope"><button class="m-diaporama__next-btn">
                <span class="svg" v-html="scope.icon"></span>
            </button>
        </template><template v-slot:counter="scope">
                <span>{{ scope.counterText }}</span>

        </template><template v-slot:figcaption="scope"><figcaption class="m-diaporama__caption">
                {{ scope.legend }}
                <span v-if="scope.credits" class="m-diaporama__caption__credits">
                                © {{ scope.credits }}
                            </span>
            </figcaption></template><template v-slot:fullscreen-button="scope"><button class="m-diaporama__fullscreen-btn" v-html="scope.icon">
            </button>
        </template></diaporama><diaporama-fullscreen diaporama-classes="m-diaporama m-diaporama--fullscreen u-modal u-modal--visible" image-wrapper-classes="m-diaporama__image-wrapper" image-classes="m-diaporama__image-sizer" left-transition-classes="m-diaporama--transition-left" right-transition-classes="m-diaporama--transition-right" image-active-classes="m-diaporama__image-sizer--active" image-n-minus-active-classes="m-diaporama__image-sizer--n-minus-active" image-loaded-classes="m-diaporama__image-sizer--loaded" inlined-images-data='[{"title":"","alt":"u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","legend":"u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","credits":"u00a9 Christophe Pu00e9an","link":"","url":"https://s.rfi.fr/media/display/52a23f9e-017b-11eb-a6b4-005056bf87d6/","filename":"29-la_nuit_sera_calmecchristophe_pean_0.jpg","ratio":"p:16x9","displayFormat":"original"},{"title":"","alt":"Les comu00e9diens, chanteurs, musiciens font le salut apru00e8s u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","legend":"Les comu00e9diens, chanteurs, musiciens font le salut apru00e8s u00abLa nuit sera calmeu00bb, de Mou00efse Touru00e9 et Rokia Traoru00e9, premiu00e8re pru00e9sentu00e9e au Festival des Francophonies, Les Zu00e9brures du2019Automne, u00e0 Limoges.","credits":"u00a9 Siegfried Forster / RFI","link":"","url":"https://s.rfi.fr/media/display/9f2a02c4-017c-11eb-a8f7-005056a964fe/","filename":"scene_nuit_calme_img_7578_0.jpg","ratio":"p:16x9","displayFormat":"original"}]' image-info-active-class="m-diaporama__caption-wrapper--visible" :start-index="startIndex" ref="fullscreen" v-cloak=""><template v-slot:prev="scope"><button class="m-diaporama__prev-btn">
                <span class="svg" v-html="scope.icon"></span>
            </button>
        </template><template v-slot:next="scope"><button class="m-diaporama__next-btn">
                <span class="svg" v-html="scope.icon"></span>
            </button>
        </template><template v-slot:counter="scope">
                <span>{{ scope.counterText }}</span>

        </template><template v-slot:image-info-button="scope"><button class="m-diaporama__show-image-info">
                <span>i</span>
            </button>
        </template><template v-slot:image-info="scope"><div :class="scope.classes" class="m-diaporama__caption-wrapper">
                <button class="a-arrow-down a-arrow-down--white"></button>
                <figcaption>{{ scope.legend }}</p><span>© {{ scope.credits }}</span>
                </figcaption></div>
        </template><template v-slot:close-button="scope"><button class="a-close-button"></button>
        </template></diaporama-fullscreen></div>

Le programme des Zébrures d’Automne, festival des francophonies, 23 septembre au 3 octobre à Limoges, France.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top