Close

Gabon: l’université Omar-Bongo n’attire plus les étudiants

Publié le :

Soixante ans après l’indépendance, où en est l’université gabonaise ? Nous nous sommes intéressés à l’Université Omar-Bongo, la plus grande du pays. L’université n’attire plus les étudiants gabonais, et n’accueille plus d’étudiants expatriés.

Avec notre correspondant à Libreville, Yves Laurent Goma

À l’Université Omar-Bongo (UOB), les problèmes s’accumulent : rues défoncées, bâtiment vétuste et insuffisant pour les 30 000 étudiants, ordinateurs obsolètes, pas de wifi. Le complexe, construit dans les années 70, évolue en marge du progrès.

Du coup, l’UOB n’attire pas, résume Loïc, étudiant en Master 2 anthropologie : « Notre université est en perte de vitesse. Pourquoi ? Parce qu’elle n’attire pas les étudiants étrangers. Les étudiants gabonais pensent à s’exiler, par manque de conditions adéquates dans notre université ».

Natacha Masangoni, doctorante en économie, se souvient que l’établissement était attractif il y a quelques années encore : « Il y a des étudiants qui venaient, par exemple, de Madagascar, qui venaient du Congo. Il y avait des Blancs qui venaient et maintenant le campus est fermé, c’est vraiment sinistre, en fait ».

Séparation de l’université et des grandes écoles

Le mal est venu de la séparation de l’UOB avec les grandes écoles, nous explique le recteur, Mesmin-Noël Soumaho : « L’université n’abritant plus que deux facultés, celle de lettres et sciences humaines et celle de droit et sciences économiques, vous comprendrez aisément que très peu d’étudiants étrangers puissent venir au Gabon pour faire des études… »

Grèves à répétition, années académiques qui tirent en longueur, effectifs pléthoriques… Il y a beaucoup à faire pour redorer l’image de cette université.

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top