Close

Guinée : une mission internationale pour calmer les tensions

Quelques heures après l’annonce de la victoire d’Alpha Condé à la présidentielle, le calme n’a pas encore regagné la Guinée. L’opposant à l’actuel président guinéen, Cellou Dalein Diallo, conteste toujours les résultats donnés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce dernier avait indiqué que l’ancien premier ministre a recueilli 33,50 % des voix contre 59,51 % pour Alpha Condé.

Trois personnes mortes

Cellou Dalein Diallo avait même évoqué l’indifférence venant de la communauté internationale, qu’il avait qualifiée de « coupable ». Pour lui, « la répression sauvage en Guinée n’a jamais été condamnée ». Son parti l’UFDG, avec le soutien du FNDC, a l’intention de déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle, tout en faisant valoir les copies des procès-verbaux. Dans le même temps, du côté des populations les tensions sont toujours aussi vivaces. En effet, hier samedi 24 octobre 2020, trois personnes sont mortes dans des violences. Ces décès viennent ainsi alourdir le nombre de morts durant la période post-électorale, depuis le vote du dimanche 18 octobre dernier.

Une « mission diplomatique préventive »

L’opposition quant à elle dresse un bilan plus important. Selon elle, il pourrait être évalué à au moins trente victimes. Pour remédier à la situation et essayer de calmer les violences, une « mission diplomatique préventive » se rendra en  Guinée, au plus tard le mardi 27 octobre prochain dans la capitale Conakry. Elle serait formée des commissaires aux affaires politiques de la CEDEAO, le général Francis BEHANZIN, de l’Union Africaine, Cessouma Minata Samate, d’un représentant des Nations unies, Mohamed Ibn Chambas, et du président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kouassi Brou. Bientôt présente sur le sol guinéen pour une durée de 2 jours, la mission aura à charge de calmer les tensions dans le pays.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top