Close

Huawei : la gifle que prépare Donald Trump d’après Reuters

Avant l’apparition du nouveau coronavirus dans le monde, des tensions entre grandes puissances mondiales étaient d’actualité. En effet, 2019 était l’année où la Chine et les Etats-Unis s’étaient illustrés dans une guerre commerciale traduite par des impositions mutuelles de droits de douane sur les marchandises importées. Huawei, la plus grande entreprise technologique chinoise avait également fait les frais de l’administration Trump, qui l’accusait d’espionnage. Dans ce cadre, le président américain Donald Trump avait interdit aux sociétés américaines intervenant dans le domaine de la télécommunication de commercer avec le géant chinois.

Un nouveau système d’exploitation

L’entreprise américaine Google avait suspendu toutes ses relations avec Huawei, qui utilise son système pour smartphone, Android. Le mastodonte chinois avait cependant rejeté toutes les accusations du gouvernement américain, et a continué à mener ses activités sans Android, sur ses téléphones portables. Ainsi la société a mis au point un système autonome, Harmony Os, développé par Huawei depuis 2012 et dévoilé le 09 août 2019, pour les objets connectés. Par ailleurs ce nouveau système d’exploitation, est intégré dans les tous derniers modèles de smartphone P40 de la compagnie chinoise.

L’administration voudrait paralyser Huawei

Néanmoins, suite à ces présentations faites par Huawei, il se peut que le locataire de la Maison Blanche Donald Trump, décidé d’alourdir les sanctions américaines contre la firme technologique chinoise. L’information a été donnée par l’agence Reuters, qui a fait savoir que le numéro un américain aurait l’intention d’interdire aux sociétés étrangères qui s’approvisionnent en matériels américains de vendre un quelconque équipement à Huawei. L’objectif du gouvernement américain serait de paralyser ce dernier en limitant ses possibilités.

Selon le média, cette option faite par le président américain, pourrait servir à alimenter la guerre commerciale entre les deux pays.  A en croire des experts, cette mesure américaine ne jouera pas en faveur des Etats-Unis. Ils estiment que Huawei pourrait prendre son indépendance en concevant ses propres chaînes de production. Notons que parmi les sociétés qui pourraient être ciblées, figurent le taïwanais TSMC. Ce dernier qui fournit Huawei en composant pour les processeurs Kirin, pourrait ne plus avoir le droit de collaborer avec le géant chinois.

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top