Close

Italie : en pleine crise, le président séduit ses compatriotes

Ce vendredi, une vidéo du président italien, Sergio Matarella faisait le buzz sur la toile, alors que le pays traversait l’une des crises les plus graves relatives au Coronavirus en Europe. Le président une personnalité qui bénéficiait déjà auprès de ses concitoyens d’un crédit-estime important, avait réussi malgré lui à s’attirer encore la sympathie des Italiens, en ces moments de grandes épreuves. L’Italie c’était à la date du 27 Mars, 66 414 cas confirmés de coronavirus pour plus de 800 morts.

Un pays transformé en place forte

La pandémie de coronavirus aurait été pire en Italie que dans le reste de l’Europe. En un mois, du 21 février au 22 mars, l’Italie était passée de la découverte du premier cas officiel de Covid-19 à un décret gouvernemental qui installait l’Etat d’urgence et décrétait un confinement à l’échelle national. Depuis, cette courte période ponctuée par un flot incessant de morts, le gouvernement italien selon des observateurs, peinerait toujours à contenir la propagation du virus. En tout état de cause le gouvernement dirigé par le premier ministre Conte, envoyait l’armée imposer un verrouillage en Lombardie, la région dans le nord au centre de l’épidémie, resserrer des contrôles déjà stricts et ordonner la fermeture de toutes les entreprises, sauf les plus essentielles, jusqu’au 3 avril prochain.

Un coup gagnant pour Mattarella

Ce vendredi , le président italien, Sergio Mattarella, dans son adresse à la Nation , la seconde depuis le début de la quarantaine, avait tenu à chaleureusement remercier les médecins et les infirmières en première ligne dans le pays contre la pandémie et exhorter l’Europe à agir rapidement pour faire face à la crise sans précédent. Mais si le message du président avait tant séduit et de l’avis de bien des observateurs, aidé à apaiser l’angoisse et la psychose des citoyens italiens, ce serait paradoxalement pour des paroles du président qui n’étaient pas destinées à la diffusion.

Une erreur technique aurait envoyé avec la version éditée du message vidéo du président, les ‘’hors-ondes’’ sur le réseau de diffusion. Sur ces scènes du discours qui devaient normalement être coupées à l’édition, on pouvait voir et entendre le président répondre avec une pointe d’humeur à quelqu’un qui lui demandait de faire attention à sa tenue : « Eh Giovanni, moi également, je ne vais plus chez le coiffeur ». ‘’Giovanni’’ c’était Giovanni Grasso, conseiller pour la presse et la communication du président de la République et directeur du service de presse de la présidence de la République depuis 2015. Des propos qui selon la presse italienne, avaient su montrer un Mattarella « humain » et en « phase avec les citoyens qui ont, pendant des jours, suivi les mesures dictées par le gouvernement » ; lui aussi première personnalité du pays, subissait les contrecoups de la quarantaine.

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top