Close

LA FRANCE HORS-JEU, L’ARMÉE RUSSE DÉBARQUE AU MALI

Après le coup d’État au Mali, la junte militaire rabat les cartes diplomatiques et tourne le dos à la France au profit de la Russie. En fin de semaine dernière, l’Ambassadeur de Russie Igor Gromyko a été reçu en audience par les militaires qui se sont emparés du pouvoir. Il est ainsi le tout premier diplomate étranger en poste à Bamako à avoir été reçu par les putschistes.

En dehors de l’audience accordée à l’ambassadeur russe à Bamako, Moscou a reçu des remerciements lors de la mobilisation du vendredi 21 août  sur la place de l’indépendance. Ainsi, certains manifestants ont dit préférer une interaction avec la Russie et la Chine, plutôt qu’avec la France.

A LIRE AUSSI : Pascal Blanchard : «60 ans après les Indépendances, la France conserve 17 % du territoire de l’Empire»

Par ailleurs, Assimi Goita, le chef du CNSP, revient juste d’une formation en Russie, tandis qu’un autre parmi les putschistes est attendu à Moscou pour une formation.Pour Emmanuel Dupuy, président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), “Il n’est pas étonnant que deux des Colonels qui ont fait partie du putsch, précisément, le Colonel Sadio Camara, qui revenait donc d’une formation d’un an au Collège militaire supérieur de Moscou et un autre des putschistes, en l’occurrence, le Vice-président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le Colonel Malick Diaw, qui lui-même était retenu pour repartir en septembre (en Russie, ndlr).”

“D’ailleurs, poursuit M. Dupuy, on peut rappeler que sur les cinq membres du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Burkina Faso, Mali, Niger), quatre des pays ont signé des accords de défense avec la Russie.”

Pour sa part, la journaliste et spécialiste de l’Afrique,Sadio Morel-Kanté explique: “L’ambition de la Russie est de réduire ou d’occuper des espaces des occidentaux en Afrique francophone. Le Mali a besoin de la Russie. Le Mali a besoin de diversifier ses partenaires.” En effet, sur les cinq pays membres du G5 Sahel, seule la Mauritanie n’a pas signé d’accord de défense et de coopération militaire avec la Russie.

Selon Fatoumata Coulibaly, enseignante-chercheuse à l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako, les relations entre le Mali et la Russie sont anciennes.“Ca ne date pas d’aujourd’hui. Ça nous renvoie aux années 1960, lors de l’indépendance du Mali. De 1960 à 1968, il y avait un vrai partenariat entre le Mali et la Russie. Et justement, pour faire un parallèle avec les évènements récents, quand les Maliens sont sortis en janvier dernier pour demander le départ des forces étrangères au Mali, leur objectif, c’était le retour de la Russie.”

coupsfrancs

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top