Close

Les associations burkinabè saluent l’interpellation d’un père incestueux

Publié le :

L’interpellation d’un père incestueux par la justice burkinabè est une première saluée par les associations de droit des enfants qui parlent d’une victoire.

La justice burkinabè s’est saisie d’un cas d’inceste. Une adolescente de 14 ans violée par son père a donné naissance à un bébé suite au viol. Et la jeune fille a été ensuite chassée de la maison familiale. Finalement le père a été interpellé lundi 10 août. C’est suite à la parution d’un reportage diffusé sur la chaîne de télévision Canal+, ensuite diffusé sur les réseaux sociaux, que le procureur du Faso s’est saisi de l’affaire.

Pour Solange Bassinga, présidente de la Coalition au Burkina Faso pour les droits de l’enfant (COBUFADE), jointe par Kpénahi Traoré du service Afrique de RFI, c’est un premier pas : « Je dois dire que c’est déjà une victoire. Et c’est aussi une révolution au niveau de la justice qu’il faut saluer. En réalité, c’est parce qu’ils n’ont pas connaissance des faits, parce que c’est un sujet qui est tabou. On n’en parle pas. »

« Les langues vont se délier »

Plus que faire bouger les lignes au niveau de la justice, Solange Bassinga espère que cela provoquera un déclic dans la société burkinabè sur cette question.

« C’est l’occasion, aussi, de continuer la sensibilisation auprès des jeunes filles, auprès des parents, auprès de toute la communauté, afin que de plus en plus, les gens puissent dénoncer, que les jeunes filles puissent parler, parce que je suis sûre qu’il y a beaucoup d’autres cas. C’est seulement comme ça qu’on peut toucher la justice et que la justice peut faire son travail. Je pense que ça va faire réfléchir beaucoup d’adultes. C’est déjà une première victoire, mais qui ne doit pas s’arrêter là. Je crois qu’avec le courage… les langues vont se délier ».

►À écouter aussi : Priorité santé – Journée mondiale des violences faites aux femmes

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top