Close

Les gambiens ne supportent plus la présence militaire sénégalaise dans le pays

Les soldats sénégalais membres de la coalition de la CEDEAO pour la Gambie, présents à Banjul depuis l’avènement de la crise post-présidentielle de 2017, ont commencé par agacer des citoyens gambiens. C’est l’exemple du Secrétaire général du Parti du Congrès démocratique de Gambie(CDGMammah Kandeh qui dans un communiqué s’est révolté contre certains actes de ces soldats.

Dans le communiqué qui a été publié depuis ce samedi 14 mars et repris par les médias nationaux, le leader politique a dénoncé la fusillade et l’enlèvement de Sulayman Trawally, un gambien originaire du village Garawol Kuta.

Une violation des protocoles de sécurité

De là, Mammah Kandeh, a parlé de « graves préoccupations quant à cette action indigne des forces de sécurité sénégalaises » qui ont tiré sur son compatriote avant de l’enlever de chez lui. Pour l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2016, par cet acte qu’ils ont posé, les soldats sénégalais « ont violé les protocoles de sécurité en s’introduisant indûment sur le territoire gambien. » « Sulayman Trawally se trouve actuellement au Sénégal, interné dans un hôpital de Tambacounda. Pour y recevoir des soins médicaux. Et, peut-être sera-t-il traduit en justice au Sénégal, » a poursuivi le leader politique.

Un appel au gouvernement sénégalais

Face à cette situation qui l’indigne, l’opposant a convié l’exécutif sénégalais à remettre M. Trawally aux mains des siens et a son pays afin qu’il soit traité d’une manière appropriée et selon le respect des droits souverains du bon peuple gambien.

Il a invité de même le gouvernement gambien à révéler la vérité aux yeux du monde entier afin de traduire devant les juridictions les coupables et à assumer pleinement ses responsabilités en ce qui concerne le maintien de leur souveraineté et la protection des biens des citoyens gambiens.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top