Close

L’ex-chef de l’Etat Catherine Samba-Panza fait son com-back dans la course à la présidence

Présidente de Centrafrique durant la transition qui a fait suite au coup d’Etat de 2013, Catherine Samba-Panza annoncera dans les prochaines semaines sa candidature à l’élection de décembre 2020.

Le chef de l’Etat centrafricain Faustin Archange Touadéra ne sera pas le seul parmi les candidats au scrutin présidentiel du 27 décembre 2020 à avoir déjà exercé la fonction suprême dans le pays. Sa prédécesseur Catherine Samba-Panza prévoit d’annoncer officiellement son entrée dans la course à la fin août. La femme politique se présente avec les slogans « Gouverner autrement » et « Unis et engagés, tout est possible ».

Elle affirme avoir l’ambition de bâtir une Centrafrique nouvelle et plus prospère d’ici 2025 via cinq grands axes : la reconstruction des secteurs de la sécurité et de la défense ; la mise en place d’une nouvelle gouvernance et le renforcement de la cohésion nationale ; la réinstauration de l’autorité de l’Etat ; la relance de l’économie ; enfin, la promotion de l’éducation, de la santé et de l’environnement. Catherine Samba-Panza, qui assure que son objectif est « de rompre avec un système de gouvernance qui a monté au grand jour ses insuffisances », a présidé la Centrafrique de 2014 à 2016, durant le régime de transition qui a suivi le coup d’Etat. Celui-ci, intervenu en mars 2013, avait renversé François Bozizé, dont le mari de Catherine Samba-Panza, Cyriaque Samba-Panza, fut ministre de l’équipement et du désenclavement après avoir été secrétaire d’Etat au plan sous André Kolingba.

L’année précédant son élection à la présidence, Catherine Samba-Panza était devenue maire de la capitale du pays, Bangui. En 2003, elle avait été placée à la tête du comité de dialogue national après le putsch de François Bozizé contre Ange-Félix Patassé.

letsunami

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top