Close

Madagascar:le secteur du tourisme se prépare à une reprise

Publié le :

                À Madagascar, les professionnels du tourisme tentent de se relever après six mois d'arrêt total de leurs activités. Si les frontières avec l'étranger restent fermées, hôteliers, tours opérateurs, guides ou encore agences de voyage de la Grande Île sont déjà prêts à accueillir les touristes et misent, pour le moment, sur des visiteurs nationaux. 
            </p><div readability="85.37081873208">

                                    <p><em>Avec notre correspondante à Antananarivo,</em>

Avec la reprise des vols domestiques et la réouverture en cours des transports terrestres entre régions, les habitants peuvent à nouveau circuler dans le pays. À Sainte-Marie, petite île paradisiaque au nord-est de Madagascar, les visiteurs sont peu nombreux mais les opérateurs tentent de s’adapter.

« Ça a un peu repris mais ça reste très faible, explique Jean-Jacques Ravello, le propriétaire de l’hôtel Lakana. Pour le moment, il y a trois hôtels ouverts. Il y a eu beaucoup de promotions qui ont été faites à Sainte-Marie pour justement attirer la clientèle locale. Il y a des tarifs intéressants dans la plupart des hôtels pour la reprise et on compte beaucoup sur cela. »

Signal du redémarrage, progressif, de la filière : la réouverture des parc nationaux qui attirent les touristes, notamment pour l’observation des lémuriens. Jonah Ramampionona est le président de l’Association des Tours Opérateurs Professionnels de Madagascar. « Ça nous donne une bouffée d’air pour redémarrer parce qu’il y a des touristes nationaux ou résidents étrangers qui souhaitent sortir un peu de la capitale ou des autres régions. Cela permet d’aider un peu les opérateurs locaux, entre autres, les hôteliers, les guides locaux, les transporteurs. Mais en général, nous tours opérateurs, nous attendons l’ouverture de notre ciel pour pouvoir continuer notre métier. »

Les autorités restent prudentes. Seul l’aéroport de l’île de Nosy Be, dans le nord-ouest du pays, est autorisé à rouvrir ses vols aux touristes internationaux à partir du 1er octobre.

Le secteur doit aussi s’adapter aux gestes barrières. Les réunions se succèdent ces derniers jours pour mettre en place des protocoles sanitaires. « Ces mesures contre le Covid-19, c’est vraiment un nouveau processus à appliquer dans notre métier mais, par exemple, au parc national d’Andasibe j’ai pu voir que les guides locaux sont prêts, explique Jonah Ramampionona. Il y a une prise de température et une distribution de gel hydroalcoolique à l’entrée. Ils accompagnent au maximum des groupes de cinq clients dans le parc, avec une distanciation de 10 mètres entre chaque groupe. »

À l’office de tourisme de Sainte-Marie, une formation a eu lieu en début de semaine avec une trentaine de professionnels du secteur. « Nous avons fait une synthèse des gestes les plus importants à appliquer, mais appliquer complètement le protocole serait carrément impossible pour certains petits hôtels de Sainte-Marie. Par exemple, normalement, il doit y avoir une entrée et une sortie différentes, mais certains hôtels n’ont qu’une seule issue pour rentrer et sortir donc ce genre de recommandation ne pourrait être suivie à la lettre. Mais les principales seront appliquées et se mettent en place petit à petit pour la reprise », précise Jean-Jacques Ravello.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top