Close

Mali: Moctar Ouane nommé Premier ministre de la transition

Publié le : Modifié le :

                Au Mali, le président de la transition Bah N'Daw a signé un décret nommant le Premier ministre. C’est l’ancien ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane qui est nommé au poste de chef de gouvernement.
            </p><div readability="69.132281097332">

                                    <p><em>Avec notre correspondant à Bamako</em>, <strong>Serge Daniel</strong>

Deux jours après la cérémonie de prestation de serment du président de transition Bah N’Daw, le Mali connaît son Premier ministre civil. « Moctar Ouane, nommé Premier ministre », voici ce que dit le décret signé par le président de la transition Bah N’Daw ce dimanche 27 septembre. Depuis 2016, il faut savoir que le tout-nouveau Premier ministre était Délégué à la paix et à la sécurité à la Commission de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest (UEMOA) à Ouagadougou. D’après nos informations, il a rencontré samedi soir des responsables de la junte, ainsi que le président de transition à qui il a donné son accord pour occuper le poste de Premier ministre.

C’est un homme indépendant, ses proches le décrivent comme très pointilleux sur les principes. Il a également un carnet d’adresses. L’homme fut également ancien représentant du Mali auprès des Nations unies et conseiller diplomatique à la présidence. Comme le président de transition, il estime qu’on ne peut pas tout faire en 18 mois. Moctar Ouane a donc des priorités : l’organisation d’élections transparentes, et poser des actes pour participer à la refondation de l’État. Selon son entourage, il entend travailler avec le président de transition et veiller ce que la justice soit indépendante avec les moyens adéquats.


Le choix d’un des candidats du M5 écarté

Le choix ne s’est donc pas porté finalement sur un des candidats du M5, cette coalition qui avait lancé la contestation populaire contre l’ex-président IBK, relate notre envoyée spéciale à Bamako, Florence Morice.

Plusieurs figures politiques de ce mouvement estimaient que ce poste devait leur revenir compte tenu de leur contribution au départ d’IBK. Mais c’est seulement samedi matin que la coalition a été reçue par la junte pour présenter ses candidatures pour le poste, à un moment où les tractations qui ont conduit à la nomination de Moctar Ouane étaient déjà largement avancées. Par ailleurs ils avaient présenté 14 candidats ce qui, même en interne, ne laissait pas beaucoup d’espoir de voir l’un d’entre eux choisi. Tous les yeux sont désormais rivés vers la Cédéao, la communauté ouest-africaine avait promis de lever les sanctions qui pèsent depuis plus d’un mois sur l’économie malienne en cas d’annonce d’un Premier ministre civil.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top