Close

Migrants : Erdogan accentue la pression sur l’union européenne

Le bras de fer entre l’Union Européenne et la Turquie se poursuit, depuis qu’Ankara a ouvert ses portes aux migrants, après des heurts dans la province d’Idlib en Syrie. Ce mercredi 11 mars 2020, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait savoir que son pays maintiendrait ses frontières ouvertes pour laisser passer les migrants, si l’UE ne réponde pas concrètement à ses exigences. L’information a été donnée par un média français qui souligne que ces déclarations ont été faites à Ankara.

Une rencontre le 17 mars avec les dirigeants allemands et français

«Nous maintiendrons les mesures actuellement mises en place à la frontière jusqu’à ce que les attentes de la Turquie (…) reçoivent une réponse concrète» a déclaré le chef de l’Etat turc. Lors de son discours, il a assuré qu’il recevrait le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel le 17 mars prochain à Istanbul. Cependant, cette rencontre n’a pas été confirmée par la présidence française.

Le numéro un turc exige la modernisation de l’union douanière

Notons que Recep Tayyip Erdogan conditionne la fermeture des frontières turques, à plusieurs exigences. Celles sont : une aide financière supplémentaire de l’UE, l’ouverture de nouvelles négociations dans le processus d’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne, l’exemption de visas pour les citoyens turcs désirant aller en Europe et la modernisation de l’union douanière.

«Nous ne faisons la manche auprès de personne. Tout ce que nous voulons, c’est que les promesses faites à notre pays soient tenues» a laissé entendre le président turc. Pour rappel, un accord entre l’UE et la Turquie prévoit que les migrants restent en Turquie, moyennant notamment une aide financière.

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top