Close

Niger : Boko Haram Attaque l’armée

Ce samedi, à Chétima Wangou, dans le sud-est du Niger, non loin de la frontière avec le  Nigeria. L’armée nigérienne subissait une attaque des factions terroristes de Boko Haram en activités dans la région. Une énième attaque du groupe terroriste dans la région qui interviendrait alors que les forces armées nigériennes auraient engrangé selon des sources locales, quelques avancées notables dans la circonscription des zones d’intervention des insurgés.

Des assaillants lourdement armés

Plusieurs véhicules, des armes de type LRM (lance-roquettes multiple), un camion-citerne, tels seraient la logistique employée par les assaillants au cours de leur attaque. Une attaque dirigée expressément contre le camp militaire de Chetimari qui aurait selon les observateurs pour principal objectif de marqué les esprits, de démoraliser les troupes et surtout de désavouer le Président Issoufou. Lors du conseil des ministres du vendredi 6 mars dernier, le président nigérien aurait salué les résultats encourageants obtenus par les forces conjointes nigériennes et françaises, dans la pacification des zones terrorisées par Boko Haram. L’attaque de ce samedi donc serait une attaque en représailles et les insurgés étaient sortis en conséquence. Faisant craindre une résurgence des attaques.

Car selon ‘’Le projet Armed Conflict Location & Event Data’’ un organisme sans but lucratif qui surveille la violence dans le monde, le nombre d’attaques avait doublé dans le pays au cours de l’année dernière. En décembre, les terroristes djihadiste de l’ISWAP attaquaient une base militaire à Inates dans le nord-ouest, tuant 71 soldats nigériens. Le 9 janvier dernier, c’était près de 89 soldats qui étaient tués lors d’un assaut à Chinagoder, dans l’ouest du pays, forçant les forces aériennes françaises à sortir l’artillerie lourdes pour repousser les assaillants. D’ailleurs, une semaine plus tard le chef d’état-major des armées, le chef d’état-major de l’armée de Terre, l’inspecteur général des armées et le secrétaire général du ministère de la Défense étaient par le président Issoufou, limogés.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top