Close

Présidentielle en Centrafrique : qui conseille Dologuélé face à Touadéra et Bozizé ?

Face aux sorties de François Bozizé et de son parti, le Kwa na Kwa, Faustin Archange Touadéra mobilise les troupes de son Mouvement cœurs unis (MCU) pour ne pas se laisser déborder, notamment dans l’Ouham. Dans l’ombre, six hommes sont à la manœuvre.

Après le retour au pays de François Bozizé en décembre 2019, Faustin-Archange Touadéra (« FAT ») et son Mouvement cœurs unis (MCU) ont cherché à nouer de nouvelles alliances, en vue de reconquérir l’électorat à l’approche de la présidentielle du 27 décembre. Plusieurs accords ont été conclus avec des formations issues de l’opposition, dont celles dirigées par Timoléon Mbaïkoua, Sylvain Patassé ou encore Constant Gouyomgbia Kongba Zeze.

Surtout, des proches de FAT ont œuvré en coulisses afin de lui permettre de consolider ses bases dans certaines régions stratégiques du pays, que François Bozizé lui disputerait s’il était candidat. Voici les hommes de confiance du président.

• Simplice Mathieu Sarandji

Simplice Matthieu Sarandji, ex-Premier ministre centrafricain.
Simplice Matthieu Sarandji, ex-Premier ministre centrafricain. © DR / primature RCA

Surnommé le « parrain », le secrétaire exécutif national du MCU est le deuxième patron de ce parti. Ce proche de la première heure a toujours été fidèle à son ami Touadéra. Il a été son directeur de campagne lors de la présidentielle qui l’a porté au pouvoir en février 2016. En guise de récompense, il a été nommé Premier ministre dès le mois d’avril, avant d’être remplacé à ce poste par Firmin Ngrebada en février 2019.

Sarandji entretient des relations avec des associations proches du MCU, comme le Mouvement des patriotes centrafricains pour la paix de Bethsaida Mbongo. Il utilise d’ailleurs volontiers ces contacts pour asseoir son influence au sein du premier cercle présidentiel.

Henri-Marie Dondra

Henri-Marie Dondra, le ministre centrafricain des Finances, en novembre 2019 à Bangui.
Henri-Marie Dondra, le ministre centrafricain des Finances, en novembre 2019 à Bangui. © DR / Ministère des Finances RCA

Il n’a connu Faustin-Archange Touadéra que lors de la présidentielle de 2016, alors qu’il était le directeur du Fonds africain de garantie et de coopération économique (Fagage), une institution de financement du développement qui compte quatorze États membres en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Il avait alors soutenu financièrement sa campagne.

Après la victoire de FAT, il est devenu son ministre des Finances et a réussi à s’imposer dans le premier cercle présidentiel. Henri-Marie Dondra s’est maintenu en poste malgré les remaniements successifs et est aujourd’hui l’un des dirigeants du MCU.

Lors des prochaines législatives, prévues le 27 décembre, le grand argentier sera d’ailleurs candidat du parti dans le premier arrondissement de Bangui, l’une des circonscriptions électorales les plus convoitées. Le MCU mise sur lui pour obtenir plus de sièges à l’Assemblée nationale.

En mai, Henri-Marie Dondra a déclaré être atteint du Covid-19.

• Bertrand Arthur Piri

Dans sa stratégie de reconquête, le MCU s’appuie beaucoup sur lui. Neveu du chef de l’État, Bertrand Arthur Piri joue un rôle essentiel au sein de sa formation, pour laquelle il a organisé plusieurs meetings à Bangui et à l’intérieur du pays.

Il a joué un rôle essentiel dans l’élection de FAT en 2016, en rassemblant des cadres du secteur privé et parapublic autour de lui, ce qui lui a valu une nomination au poste de ministre contrôleur-général du secteur parapublic après la victoire. Cet homme discret est régulièrement consulté sur la stratégie politique du président.

• Frédéric Théodore Inamo

Il est la pièce maîtresse de la « bataille de l’Ouham », menée par le MCU pour remporter cette région électorale très convoitée. Le fief de l’ancien président François Bozizé sera le principal enjeu de la présidentielle de décembre.

Inamo a officié dans cette zone peuplée entre 2012 et 2015, en tant que cadre des Douanes, qu’il a ensuite dirigées au niveau national. Le MCU mise sur son expérience, ses contacts ainsi que sa proximité avec les ressortissants de l’Ouham.

Réputé modeste et généreux, il a acquis une importante popularité qu’il a mise au service de FAT, en attirant beaucoup de nouveaux sympathisants au sein du parti.

• Evariste Ngamana

Juriste de formation, il est l’un des plus jeunes cadres du MCU, dont il rédige quasiment tous les textes, juridiques comme politiques. Il veille à ce que chaque intervention sur le terrain soit réalisée en conformité avec la loi (participation des cadres gouvernementaux à des meetings, utilisation des biens publics pour des opérations du parti, etc.)

Evariste Ngamana accompagne Touadéra depuis de nombreuses années. Il a su miser sur ses relations familiales avec le président, dont il est le beau-fils.

• Sani Yalo

Sani Yalo, l’un des proches les plus « aguerris » de Touadéra. © DR / Copie d’écran Facebook

Pilier stratégique et financier du MCU , il est l’un des fervents soutiens de Faustin-Archange Touadéra, qui s’appuie beaucoup sur lui. Cet homme de l’ombre a surtout œuvré pour mettre en place les structures de base du parti et les comités de soutien. Il a également financé plusieurs activités de la formation.

Sani Yalo est aujourd’hui l’un des intimes du président, bien qu’il ne soit pas un membre de sa famille. L’homme d’affaires s’appuie également beaucoup sur le secteur associatif pour mobiliser les partisans de FAT.

J A

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top