Close

Prix de l’énergie au Nigeria: le Congrès du travail du Nigeria appelle à la grève

Publié le :

                Le principal syndicat du pays fait monter la pression face au gouvernement en appelant à des manifestations ce lundi 28 septembre pour protester contre l’augmentation des prix du carburant et de l’électricité dans le pays. Dans un contexte de crise économique, le gouvernement fédéral a en effet décidé de mettre un terme à ses subventions dans ces deux secteurs. Le prix de l’essence à la pompe est désormais indexé sur les cours du marché, alors que les tarifs de l’électricité ont doublé début septembre.
            </p><div readability="62.175618587809">

                                    <p><em>Avec notre correpsondante à Lagos,</em>  <strong>Liza Fabbian</strong>

La menace d’un mouvement social initié par le Congrès du travail du Nigeria était au centre de nombreuses rencontres et discussions ce dimanche, à Abuja.

Le président de l’Assemblée nigériane a rencontré le vice-président du pays, après s’être entretenu avec les représentants syndicaux, qui ont eux-mêmes été reçus dans la soirée au palais présidentiel d’Aso Rock.

Lors d’une conférence de presse dimanche à Lagos, le vice-président de la centrale syndicale avait appelé tous les travailleurs du pays à se joindre à ce mouvement de protestation, pour que « les écoles, les banques et les aéroports » restent fermés ce lundi.

L’augmentation des prix de l’essence et de l’électricité depuis le début du mois de septembre est un coup dur pour la population nigériane, déjà confrontée à une forte inflation et au chômage de masse.

Mais le gouvernement comme les acteurs du secteur estiment que cette dérégulation était inévitable, que ce soit pour renflouer les caisses de l’État asséchées par la chute du prix du baril ou pour attirer de nouveaux investisseurs dans ce secteur.

Cela fait des années que les syndicats font régulièrement pression pour préserver ces subventions historiques sur les importations de produits pétroliers, qui coûteraient chaque années plus de deux milliards de dollars à l’État nigérian.

            </div>

RFI

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top