Close

RCA : bientôt, la SOCATEL pourrait passer aux mains des investisseurs russes


Bangui . L’avenir de la Société centrafricaine des télécommunications (SOCATEL) semble donc scellé. Le gouvernement a finalement décidé de vendre ce joyau national à une société privée, et les Russes semblent intéressés.

Le principal opérateur de communications fixe en République centrafricaine, la SOCATEL, créée en juin 1990, pourrait passer dans les prochains mois aux mains des investisseurs Russes, qui sont déjà présents en nombre dans le domaine minier en RCA.

En effet, au début d’année, quelques semaines avant l’apparition de la pandémie du Covid-19 en Centrafrique, une équipe des investisseurs russes avait visité techniquement les locaux du joyau national, la SOCATEL, avant de promettre d’y revenir dans une semaine. Mais le personnel, qui accuse des années d’arriéré de salaire, est divisé sur le sujet. Certains accueillent la nouvelle avec enthousiasme, pendant que d’autres s’inquiètent sérieusement.

« Si aujourd’hui la SOCATEL est vendue à une société privée, nous, fonctionnaires de cette société d’État, nous risquerons de perdre notre statut de fonctionnaires de l’État, et certains collègues pourraient être licenciés », s’inquiète un membre du syndicat du personnel de la SOCATEL.

Notons que depuis le début des années 2000, la SOCATEL traverse un moment difficile de son histoire. En 2007, une crise financière s’installe suite a l’installation de guet-way par le ministre fidèle Ngouandjika. Depuis ce jour, le gouvernement semble abandonner ce joyau national au profit des sociétés privées de communications mobile, véritable vache à lait du pouvoir en place.

Selon nos informations, la décision de la vente de SOCATEL s’inscrivait dans le programme de la grande braderie des biens publics par le gouvernement. D’ailleurs, la SOCATEL n’est pas la seule, l’hôtel du centre vient d’être vendu aux Libanais par le gouvernement, aussi bien que l’Office de recherche géologique et minière (ORGEM) créé en 2009 et placé sous la tutelle du ministère des Mines et de la Géologie. Et ce n’est pas tout.

CNC.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top