Close

RCA : Ndélé, les combats s’intensifient à 5 kilomètres.

Ville de Ndélé après les affrontements entre les groupes armés, le 4 mars 2020. Photo CNC / Moïse Banafio
Ville de Ndélé après les affrontements entre les groupes armés, le 4 mars 2020. Photo CNC / Moïse Banafio

Ndélé ( République centrafricaine ) – Les combats qui ont débuté ce mercredi à Gozbéda, une localité située à 7 kilomètres de Ndélé entre le FPRC, à majorité Rounga et Sara, et le RPRC, appuyés par le MLCJ et PRNC, à majorité Goula et Kara, se poursuivent. Ce samedi, les affrontements sont désormais signalés à 5 kilomètres, à l’entrée de la ville de Ndélé, faisant paniquer à nouveau la ville, désormais l’ombre d’elle-même. La Minusca ferme ses yeux et ses oreilles.

Décidément, le gouvernement, avec ses alliés des groupes armés, notamment le RPRC, MLCJ et PRNC sont résolument décidés à en découdre avec un autre groupe armé, le FPRC de Noureddine Adam, devenu bête noire du pouvoir en place et de la Minusca.

Après les combats de Birao, capitale provinciale de la Vakaga  où les Casques bleus de la Minusca sont intervenus pour « protéger les populations » en détruisant les capacités militaires du FPRC, tous les regards se tournent désormais vers la ville de Ndélé, capitale provinciale de Bamingui-Bangoran où les combats entre le FPRC et le RPRC, appuyés par le MLCJ et le PRNC font rage.

Contrairement à Birao, ici à Ndélé, la Minusca fait la sourde oreille, laissant le RPRC et ses alliés du MLCJ et du PRNC font des dégâts, détruisant plusieurs infrastructures publiques et privées, sans aussi épargner les populations civiles qui continuent de payer la lourde tribu.

Le mercredi dernier, au village Gozbéda, situé à 7 kilomètres de centre Ndélé, le RPRC et ses alliés ont pris pour cible les populations locales, détruisant au passage plusieurs habitations privées. Après l’intervention des combattants rebelles du FPRC vers 13 heures ce jour, les combats n’ont pas cessé, et se poursuivent ce samedi 28 mars, à 5 kilomètres à l’entrée de la ville de Ndélé, sur l’axe Mianmani.

Les populations civiles, prises de paniques, prennent à nouveau le chemin de camp des déplacés situé proche de la base de la Minusca, proche de l’aéroport de Ndélé.

Rappelons que la Minusca, dans son communiqué au début du conflit intergroupe armé à Ndélé, avait mis en garde les belligérants, tout en assurant les populations sur des mesures qu’elle aurait prises pour empêcher l’arrivée d’autres renforts des groupes armés dans les localités de Ndélé. Force est de constater malheureusement que sur le terrain, c’est tout le contraire. Le RPRC et ses alliés continuent de se ravitailler en hommes et en armes. Ce vendredi, une soixantaine des rebelles sont arrivés, sur des motos, dans les localités de Ndélé, au renfort du RPRC (Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique ).

Au même moment, les bâtiments du lycée moderne de Ndélé sont incendiés, et les rebelles du RPRC sont indexés d’avoir commandité cet acte criminel.

Alors, la question désormais est de savoir si la Minusca va-t-elle intervenir pour empêcher le RPRC et ses alliés à faire leur entrée à nouveau dans la ville de Ndélé ?

Affaire à suivre…

Moïse Banafio

Envoyé spécial du CNC à Ndélé.

Copyright2020CNC.

CNC

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top