Close

RCA : un accord de cessez-le-feu à Bria, les groupes armés s’engagent à retirer leurs troupes.

Rencontre des groupes armés à Bria ce mardi 28 janvier 2020, initiée par le bureau local de la MINUSCA. Crédit photo : Minusca
Rencontre des groupes armés à Bria ce mardi 28 janvier 2020, initiée par le bureau local de la MINUSCA. Crédit photo : Minusca

Bria (République centrafricaine) – Ce mardi 28 janvier, à Bria, c’est un soupir de soulagement pour les populations civiles qui peuvent désormais regagner leurs domiciles respectifs, selon les engagements pris par les États-majors des deux groupes armés rivaux, facilitées par le bureau local de la Minusca, et la préfecture de Haute-Kotto.

Sur initiative du chef de bureau de la Minusca à Bria et du préfet de la Haute-Kotto, les principaux protagonistes engagés dans les violences le week-end à Bria, au centre est du pays, ont décidé de cesser toutes violences dans la ville ce mardi 28 janvier 2020

Le chef d’état-major du FPRC (Front populaire pour la renaissance de Centrafrique), mais aussi celui du MLCJ (mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice), ont promis, ce mardi 28 janvier, devant les représentants de la Minusca, et de la préfecture de Haute-Kotto, de retirer immédiatement leurs hommes de la ville pour faciliter le retour des personnes déplacées

Le MLCJ, qui a également retiré ses hommes des positions du FPRC qu’il avait occupé lors des affrontements, souhaite faire le jeu d’apaisement à quelques heures de la fin de l’ultimatum du FPRC.

Selon une source au sein de l’OCHA (bureau de la coordination des actions humanitaires des Nations unies), depuis le début des combats entre le FPRC et le MLCJ le week-end dernier à Bria, près de 10 000 personnes, notamment les femmes, enfants, et même certains hommes ont quitté leur domicile pour trouver refuge dans des camps des déplacés ou dans certains lieux comme quartier Gobolo, à l’hôpital universitaire régional, chez le général Djaboute, même dans les locaux de l’opérateur téléphonique Moov.

Plusieurs quartiers de la ville comme Ndrou 1, Ndrou 2, Ndrou 3, Mandé 2, Mandé 3, Gbadou 1 et 2, mais aussi le quartier Ndomedé se sont totalement vidés de ses habitants. Des actions sont en cours pour favoriser le retour rapide de ces déplacés chez eux.

Mais le seul problème qui va se poser, c’est l’incendie et pillage de certaines habitations des déplacés par les groupes armés. Comment vont-ils faire ? Vont-ils encore rester pour longtemps dans les camps des déplacés ?

Par ailleurs, l’État major du FPRC, qui a subi à nouveau une cuisante défaite le week-end dernier face au MLCJ, vient de procéder au limogeage de ses commandants de régions à Bria. Le détail dans nos prochains articles.

Moïse Banafio

Copyright2020CNC.

CNC

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top