Close

RCA : vote par acclamation du projet de loi CVJRR défendu par la ministre Virginie Baïkoua

 Les députés ont voté avec amendements et par acclamations, le projet de loi, portant création, organisation et fonctionnement de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR). Les assises ont eu lieu ce jeudi, 27 février dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale en présence de quelques membres du Gouvernement, des parlementaires et de plusieurs associations des victimes de la crise centrafricaine.

Après les crises militaro-politiques qui ont secoué et fragilisé la République Centrafricaine, plusieurs personnes ont perdu leurs parents, biens matériels, laissant ainsi des victimes. Et pour que justice soit faite afin de réparer ces dommages pour un retour définitif de la paix dans le pays, il faut qu’une structure adéquate soit mise en place pour réparer ces dégâts et réconcilier les victimes à leurs bourreaux.

C’est pourquoi, les parlementaires avaient voté par acclamations, ce 27 février 2020, le projet de loi portant organisation et fonctionnement d’une commission de justice, dite CVJRR.

Un nouveau cap qui contribuera au retour de la paix en République Centrafricaine, d’après Virginie Baikoua, ministre de l’Action Humanitaire et de la Réconciliation Nationale.

«Je tiens d’abord à remercier les élus de la nation pour leur patriotisme élevé et leur engagement à accompagner le Gouvernement sur ce dossier qui est d’une importance capitale. Aujourd’hui, c’est un nouveau départ, un changement qui va intervenir dans la vie des victimes. Mais aussi un signal fort, envoyé aux bourreaux pour leur dire que désormais, l’impunité n’existera plus en République Centrafricaine. Le chemin de la justice est amorcé pour apaiser nos compatriotes qui ont longtemps été meurtris par les conflits à répétition. Cette commission est un espace d’échanges qui va permettre de dire la vérité afin d’aboutir à la justice qui entraînera ensuite la réparation et la réconciliation. Cette commission sera statuée sur les cas du 29 mars 1959 au 31 décembre 2019 afin d’éradiquer tous les litiges en RCA et prendre un nouveau départ», a-t-elle expliqué.

Cette commission sera statuée sur les communautés pour juger les crimes les moins graves afin de préparer le terrain à la Cour Pénale Spéciale pour ensuite, trancher les crimes graves.

Il faut signaler que la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation a pour mandat de quatre ans plus renouvellement de 24 mois et statuera sur les faits qui se sont produits depuis le 29 mars 1959, date de la mort de Barthélémy Boganda au 31 décembre 2019.

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top