Close

Royal Air Maroc : Spécialiste africaine du retard et de la disparition de bagages? Des centaines de passagers guinéens frustrés

Voyager « dépouillé » de ses colis, quel calvaire! L’une des compagnies ayant fait de cette pratique, sa tradition favorite en Afrique, reste et demeure le bac aérien du royaume chérifien.

Conakry, à tort ou à raison, est une destination qui n’a jamais suscité un réel respect de cette compagnie. Pourtant elle fait partie de celles qui font engranger énormément de revenus à la compagnie, pour le fait qu’en dépit des multiples rêves vendus par les autorités guinéennes, le pays n’a le moindre avion, le moindre aéronef commercial, la moindre compagnie aérienne.

Le Boeing qui transporte les passagers guinéens souvent le AT2527, est vieillissant et ses toilettes sont infects, nauséeux, mais la compagnie n’en a cure! « Qu’ils s’en contentent… de toute façon ils n’ont pas d’avion, donc pas le choix » pensent-ils sûrement, puisque depuis des années c’est la même odeur, les mêmes plats indigestes et le même décor qu’on sert aux voyageurs guinéens.

Après avoir passé plusieurs mois, bloqués loin de leur pays, près de 170 guinéens ont regagné Conakry le 27 juillet dans un vol spécial mais commercial de la RAM. Certains d’entre-eux, malgré le fait d’avoir des billets retour, ont été contraints de payer une somme importante pour s’offrir « le luxe » de retourner dans leur pays. Diantre!

Après ce comeback au pays natal fait de tumultes, voici bientôt dix jours que la plupart des passagers, même ceux de première classe, attendent d’accéder à leurs bagages.

« Ils nous ont promis de rappeler mercredi, soit deux jours après notre arrivée. Ma mère a tous ses médicaments dans les bagages, puisque même nos valises de 10 kilos nous ont été retirées » nous confie une passagère anonyme, exaspérée mais résignée. Ayant à l’idée que son pays est sans avion, l’un des rares parmi ceux qui ont accédé à leur indépendance il y a six (6) décennies.

Un numéro ayant pour indicatif +33 donc assurément de la France, a contacté certains passagers, leur demandant la couleur de leur colis. « A quoi servent les talons ?» a répliqué Ibrahim, lui aussi jusqu’ici, en instance de ses bagages dans lesquels il a de précieux documents et objets.

La Royal Air Maroc s’est forgée la mauvaise réputation en Guinée de rater les rendez-vous en ce qui concerne le convoiement des bagages des passagers. Beaucoup se plaignent de la perte de leurs objets et des faux programmes que lui donnent la compagnie. 

Cette impression négative contraste avec les efforts de la monarchie maghrébine consistant à renvoyer une plus belle image d’elle en Afrique et à travers le monde. La RAM doit revoir sa copie!

Actujeune.com 

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top