Close

Syrie : Erdogan dénonce une violation de l’accord avec Poutine et lance un appel

A Idlib, pour arrêter l’escalade, des affrontements provoqués par l’offensive du gouvernement syrien soutenue par Moscou et qui avait presque rapproché la Turquie et la Russie de la confrontation directe; Erdogan et Poutine se mettaient d’accord sur un cessez-le-feu. Un cessez-le-feu signé la semaine dernière et qui était normalement entré en vigueur vendredi dernier. Mais ce mercredi, dans un discours à Ankara, le président Erdogan appelait Moscou à rendre plus efficient le cessez-le-feu sur le terrain.

La Turquie  attentive

La Turquie et la Russie annonçait la semaine dernière un cessez-le-feu qui entrait  en vigueur à minuit jeudi dernier, après des jours d’affrontements entre l’armée turque et les forces du régime syrien. L’accord était intervenu après une réunion entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine à Moscou. Un cessez-le-feu qui visait à stopper ces attaques du régime syrien qui mettaient en danger la sécurité de la Turquie et de la région, et risquaient de provoquer une crise humanitaire encore plus grave à Idlib.

Mais ce mercredi, le président Erdogan dans un discours dans la capitale turque , déclarait qu’il lui avait été rapporté que le cessez-le-feu tardait à s’appliquer dans toute sa rigueur et que notamment de « petits incidents çà et là » avaient été constatés. Des incidents que bien entendu, le président turc imputait à la partie adverse, ici les forces armées syriennes. Aussi le président Erdogan avait-il engagé son homologue russe à « prendre des mesures » pour faire respecter l’accord. « Même avec ces incidents insignifiants, le cessez-le-feu a commencé à être violé (…) En tant que pays garant, nous attendons de la Russie qu’elle veille à ce que le régime (de Damas) respecte pleinement les points spécifiés dans l’accord » avait soutenu en l’occurrence Recep Tayip Erdogan.

Un accord toujours en ‘’peaufinage’’

Dans le cadre de l’accord, toutes les activités militaires en cours dans la zone désescalade à Idlib devaient prendre fin et un couloir de sécurité établi. Et ce mardi encore, une délégation russe serait arrivée mardi à Ankara pour des entretiens sur les détails de l’accord, qui devrait être finalisé la semaine prochaine. Selon le ministre turc de la Défense Hulusi Akar les pourparlers sur la mise en œuvre du cessez-le-feu aveint été jusqu’à présent « positifs et constructifs ».

La Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top