Close

Un ex-ministre algérien appelle à juger Bouteflika pour corruption

Pour l’ex-ministre algérien de l’Information Abdelaziz Rahabi, Bouteflika «a une responsabilité dans la corruption» et devrait être jugé au moins «symboliquement» en raison de sa condition de santé.

Lors d’une intervention jeudi 27 février sur la chaîne satellitaire El Bilad TV, l’ex-ministre algérien de l’Information et ancien diplomate Abdelaziz Rahabi a appelé à juger «symboliquement» l’ex-Président déchu Abdelaziz Bouteflika pour sa responsabilité dans la corruption et dilapidation des deniers publics qui se sont répandues dans le pays durant ses vingt ans au pouvoir.

«Le Président de la République [Abdelaziz Bouteflika, ndlr] a une responsabilité dans la corruption, il l’a couverte», affirme M.Rahabi. «On avait posé il y a quelques années la question de l’incapacité du Président à diriger. On avait été traités d’ennemis de la nation», dénonce-t-il, soulignant que «le jugement du Président, dans ses conditions de santé actuelles, sera symbolique».

Et de rappeler que «d’anciens Premiers ministres [Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ndlr] ont dit devant le juge qu’ils avaient octroyé des crédits [non remboursés à des oligarques, ndlr] sur ordre du Président de la République [Abdelaziz Bouteflika, ndlr]».

L’ex-ministre précise cependant qu’il ne dit pas qu’il faut incarcérer le Président», soutenant que «nous sommes le seul peuple qui n’a pas pendu, jugé ou fait exiler son Président».

Des ex-ministres de Bouteflika devant la Cour d’appel

Le procès en appel de l’Affaire de l’industrie de montage automobile et du financement occulte de la campagne présidentielle 2019 pour un cinquième mandat de Bouteflika, impliquant les deux anciens Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, les ministres Abdelghani Zaalane, Mahdjoub Bedda, Youcef Yousfi et les hommes d’affaires les plus influents de l’ère Bouteflika, Ali Haddad, Ahmed Mazouz, Hassan Larbaoui, Mohamed Bairi, s’ouvrira dimanche 1er mars à la Cour d’appel de Ruisseau à Alger après avoir été reporté à deux reprises.

Les mis en cause sont poursuivis pour «dilapidation et utilisation de fonds de banques», «blanchiment d’argent», «transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite» et «incitation d’agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges».

Le 10 décembre 2019, le tribunal de Sidi M’Hamed a condamné Ahmed Ouyahia à une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de deux millions de dinars (15.200 euros),quand Abdelmalek Sellal a écopé d’une peine de 12 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars (7.600 euros). Les ministres Yousfi Youcef et Bedda Mahdjoub ont quant à eux été condamnés à 10 de prison ferme.

Le témoignage d’un ancien ministre du Trésor

Dans un entretien accordé à Sputnik, Ali Benouari, ancien ministre du Trésor, expert international en finances et président du parti non agréé Nida El Watan (l’Appel de la Patrie), a détaillé comment Ahmed Ouyahia était «devenu le garant de toutes les mafias à partir de sa nomination comme chef du gouvernement en 1994».

«Je sais de quoi je parle, moi qui ai lancé la seule opération « mains propres » du pays en 1991, au péril de ma vie», a-t-il déclaré. «Et déjà, Ahmed Ouyahia était à la manœuvre pour annihiler cette opération pour le compte des responsables» qui ont continué à sévir à la tête de l’État durant des décennies.

Détaillant les raisons de son appel au limogeage immédiat des PDG des banques, M.Benouari a affirmé que «le cœur de la mafia qui dirige le pays se situe au niveau des banques publiques». «C’est par là que j’ai commencé la lutte contre la corruption en limogeant les PDG de ces banques, y compris ceux de la Banque algérienne du commerce extérieur à Zurich et de la banque Algéro-Koweïtienne à Luxembourg», a-t-il ajouté.

Selon l’ex-ministre du Trésor, après son limogeage du gouvernement, «la corruption s’est intensifiée et personne n’a repris mon combat». «Quant à mon successeur [Ahmed Benbitour, ex-ministre du Trésor (1992-1993), ex-ministre des Finances (1994-1996) dans le gouvernement d’Ahmed Ouyahia et enfin ex-Premier ministre du Président Abdelaziz Bouteflika (1999-2000), ndlr], il a été chargé de mettre fin aux enquêtes que je menais et de rétablir certains PDG que j’avais limogés», conclut-il.

fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire

0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :
scroll to top